Jean-Marc-Nicolas.GLettres à ÉvaHors-SérieLe fusil Bonaventure.

Le fusil Bonaventure.

Tu as aimé ce chapitre ?

25 commentaires

Sarah Relousse

-

Il y a 2 mois

Comme la dit un de tes commentaires ce parallèle entre ce que vit d'Emery et Bonaventure et de toute beauté, il reconnaît ses tirs protecteurs et l'autre défend avec rage cet homme qu'il semble admirer.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 2 mois

Oui, j'avais les deux perspectives tu sais, alors j'ai eu envie de le décrire sous deux angles différents

Perrine

-

Il y a 2 mois

C'est la chapitre Bonaventure, pendant qu'ils ont chaud à l'école il vise et titre comme un chef et tu vois moi je pense que c'est cela la guerre on fait avec nos armes et à lui seul il en est une sacrée, il est couillu le gars comme ceux dans le bourbier d'ailleurs mais lui suscite l'admiration de son oeil et son APX, je sais je suis grossière mais je te sors à chaud mon ressenti🤣

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 2 mois

Non tu n'es pas grossière, c'est un adjectif fort pour me faire ressentir ce que tu veux me communiquer, tu veux dire que le mec a des couilles, oui bien entendu, nous n'imaginons pas ce que ça a dû lui coûter l'effort de se hisser jusqu'au bois Etoile dans la boue sous les tirs d'artillerie avec une jambe seulement. L'homme souffre de la hanche et de sa jambe sur laquelle il y met tout son poids. et puis rappelles-toi, Bonaventure est marié et a des enfants, ça compte.

jill

-

Il y a 2 mois

Mais que c'est beau, une émotion qui me rend comme Bonaventure à la fin, je vois courir, batailler, ne plus arriver à penser qu'ils vivent, la tête qui doit être vide de ce qu'ils doivent faire sans réfléchir, car réfléchir ce serait mourir. Déterminés, repenser à Verdun pour ne pas baisser les bras. Mais qu'est-ce que tu ajoutés comme points forts à chaque page et tout se suit à merveille je suis sans jamais rien perdre, je dois te dire que vu ce lieu d'écriture c'est une sacrée performance que tu relèves chaque fois avec brio et ce texte est pour moi d'une beauté, il me correspond. Je te souhaite un aussi bon dimanche que le mien a commencé. La suite est vivement encouragé par mon attente toujours présente, même si mes commentaires ne fleurissent pas toujours tes chapitres, mais tu sais que mes moments de paix sont rares, je t'ai expliqué, je suis et je demeure là fan incontestée, n'oublie pas.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 2 mois

Prend soin de toi.

HaliBerrah

-

Il y a 2 mois

Il connaît ses hommes sur le bout des doigts, il sait que c'est Bonaventure, c'est cela un homme, un vrai plein de valeur qui a l'habitude du terrain, tout valdingue autour de lui mais il sait, il maîtrise cette terre de guerre et il arrive avec une force incroyable a garder l'analyse, les décisions dont il sait déjà presque l'issue qu'il imagine fatale😣🙄mais c'est le tout pour le tout et comme tu l'as écrit "advienne que pourra"😠ça me met en colère, en compassion pour cet homme, ce colonel qui arrive à ce vider la tête et ne penser qu'à ses hommes, les sauver. Tu forces l'admiration pour lui mais les autres aussi, j'oublie pas Bonaventure, Bartoli,Mansart, et tous d'ailleurs solidaires à la course à la survie en étant liés et solidaires comme s'ils ne faisaient qu'un, on les sent individuellement mais en parallèle ils ne font qu'un, en lisant ton écriture c'est ce que tu me donnes comme sentiment.J'adore et même embuée de médicaments c'est super beau à lire tu ne peux t'imaginer puisque tu l'écris et moi je dévore encore littéralement😋😂🤣Je te laisse mais j'attends la suite, profite je quitte pas le plumard, je serai plus rapide que ces derniers temps où je faisais un peu la fête, alors le matin tronche en biais🤪,remarque c'est un peu pareil mais pas les mêmes raisons😂🤣A vite alors l'ami et j'espère que toi tu es en super forme😊😉

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 2 mois

Mais tu vis et c'est le principal, je t'imaginais en goguette tout feu tout flamme, tu profites, tu as beaucoup travailler cette année, les examens, tu étais un peu inquiète, là, tu te relâches. Moi, de mon côté, j'envoi du chapitre comme je m'y était engagé mais en même temps tout comme toi, je m'active ailleurs aussi, mais c'est la vie. Je sais que de toutes les manières tu es très fidèle et régulière dans tes prises de contact, même si je te ressens comme une boule de billard (j'allais dire flipper, mais ce n'est pas de ta génération)tu bondis et rebondis, tu es fatiguée si tu demeure inactive pas si tu bouges, Hali c'est de la dynamite!!!Allez, reposes-toi, je vais t'envoyer la suite bien que ce ne soit pas la panacée dans le genre Boule et Bill

HaliBerrah

-

Il y a 2 mois

Oui j'ai toujours le feu au cul mais il y a des choses qui me ralentissent comme en ce moment, allez je fonce au déjeuner, je reviens😆🤩

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 2 mois

Bein je comprends, lorsque j'avais ton age, j'étais de la même espèce, à Marseille, on appelle ça, un tronc de l'air. Pas un estronc en l'air, non un genre de Zebulon, mais tu n'as pas connu le manège enchanté, tu devras te documenter auprès de ta maman. Bref ce petit personnage avait un ressort à la place de deux jambes et il rebondissait par sauts successifs.