Jean-Marc-Nicolas.GLettres à ÉvaHors-SérieLa Madelon...

La Madelon...

Tu as aimé ce chapitre ?

19 commentaires

Sarah Relousse

-

Il y a 5 mois

Tu me fais toujours planer dans des sphères incroyables, tu mélanges comme un bon plat des saveurs, de l'émotion aux frissons et ça glisse tout seul, pour cette lecture je peux carrément te dire que ce n'est que la corde sensible qui à vibrer, de ces hommes, et de son ami au Kongo (congo) avec les Beembe un groupe ethnique du Bouenza et il y en a même en Angola, enfin pendant la grande guerre je ne sais pas mais enfin tu m'as fait faire un sacré voyage et un retour sur ces Beembe dont j'avais vu un documentaire, ne croit surtout pas que je connais super bien, non non non bien que depuis que je te lis je me sens plus érudit😋Merci pour tes textes et ce que tu m'apportes de plaisir de lecture et culture générale ☺

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 5 mois

Comme une chanson de Michel Delpech,tu t'en souviens? Eh oui l'ethnie des Beembe et des Kongo qui donnèrent plus tard le nom de Congo à leur pays, c'est juste tu m’épates. C'est bien, c'est très bien même. Eh oui tu as raison il y en a même en Angola. Triste héritage des colonies dont le découpage des états d'aujourd'hui ne tinrent pas compte de séparer les peuples, avec une langue et une culture commune.Mais j'adore Sarah Relousse, suis épaté, peu pas mieux dire, suis épaté.Avec toi aussi, je suis bouffi de remontés de rougeurs. Je t'envois le reste, mais la suite, n'est pas piqué de hannetons, enfin c'est du JMNG. avec sa mélancolie et ses passages forts dans le domaine des sentiments. Je me demande si je devrais le publier un jour? Ce n'est que de l’émotion. Bravo pour le moral. Je l'ai écris avec beaucoup de plaisirs, (je dois être un peu maso) et de le relire ouf! Oui le Jean Marc Nicolas doit être un peu maso😁😢😭

Sarah Relousse

-

Il y a 5 mois

Gnack tu me fais rougir, franchement c'est sans prétention, je regarde beaucoup de documentaire et les mouvements, l'ethnographie me plait beaucoup donc dès qu'il y en a et que je peux je regarde. Merci de ce gentil compliment, venant de toi c'est pas rien au fond de moi.

Lacurea

-

Il y a 5 mois

Je suis dans le texte à fond, Martha tempère de sa présence tous ces hommes ripailleurs et j'ai bien lu, Martha restera un peu avec lui, me doute, là j'en peux plus🤯je le veux, je le veux ce chapitre suivant, que va-t-elle lui dire ? Ils vont parler de ce que Raoul veut faire pour Eva. Comment vais je faire pour avoir la suite, je vais appeler les copines et si elles sont pas sur fyctia je vais leur mettre la banane sous la gorge et leur promettre une mise à mort de la banane par écrabouillage sur la trachée si elles votent pas pour toi😂😆

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 5 mois

😀😁😂🤣😃😄😆😊😉je me noie sous tes compliments, au secours, que de gentillesses, que de gentillesses! Lacurea me réjouit, heureusement que je suis derrière mon écran ce qui me protège des bouffées de chaleur et de l'écrasement de la banane😊🥵.Que puis-je demander de mieux que ces commentaires enflammés et chaleureux, eh bien rien d'autre! Je vais être envahit de femmes. Vivre ou mourir certe mais au milieu des lectrices, Femmes je vous aime.

FéeVerte

-

Il y a 5 mois

Jamais partis, toujours présents, exactement je te suis sur ces méandres de pensée où l'on passerait pour des fous quand les personnes qui n'ont jamais souffert de la perte d'un être cher font de leur langue un déversement de fiel. J'ai lu et je comprends ce moment ou l'oublie n'est qu'une façade et où le simple sourire d'une jolie femme donnent à ces compagnons d'armes l'ivresse que l'alcool n'aurait pu donner et de ces chants qui unissent la pensée et le corps restant de ces hommes dans une même joie que beaucoup trouverait triviale mais qui a dans ce contexte la douceur de la paix. Pardonne-moi je ne suis pas très rigolote mais c'est un peu de ta faute, cette guerre ne déclenche pas de fou-rires, ces rares instants de complicité peuvent tout au plus déclencher un sourire d'empathie et de communion😉🤗Ce que je puis t'assurer que mon esprit a et je n'oublie pas que c'est à ton si bel écrit que je le dois👏mon bravo pour cela et bien au-dessus de ton incontestable maîtrise de l'historique tu as l'humain que tu sembles bien connaître et bien transmis vers la jeunesse de mon esprit et expérience 😊

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 5 mois

Tu sais lorsque j'écris, je ressort toujours des tréfonds de mon âme les vécus des joies et des malheurs. bien sur que, de même c'est le vin que l'on tire de son raisin que l'on a cultivé de même ça fonctionne ainsi lorsque l'on écrit. Enfin me concernant, cela fonctionne ainsi. J'écris avec mes tripes, avec mon cœur, certainement pas par mon intellect. Qui me sert certe dans lequel j'extrais la culture que j'ai récolté au cours des années de ma vie. J'ai toujours été un enfant curieux et en grandissant ça n'a pas changé. Autant que faire ce peux j’essaie de lire le plus qu'il m'est possible et de visionner les documentaires. Mais mon travail et mon entourage me prennent beaucoups de temps. Je lisais une phrase de Chaplin qui écrivait que pour le théâtre, un comédien dois vivre son rôle pas le jouer. Il dois être passionné pas aimer, il dois le faire avec les tripes pas avec l'esprit, c'est à dire ressentir pas penser. Et bien pour moi pour l'écriture c'est pareil. Un des candidats m’écrivait il y a quelques semaines combien il m'enviait d'écrire si bien,lui, jamais ne serait à mon niveau. Il édite quand même pour la petite histoire, moi, pas encore.Je n'écris pas bien, j'écris juste avec la passion de ce que je relate, dans la souffrance je te l'avoue. Je suis un double signe d'eau, je suis fais donc de pleins de paradoxes. J'aimais toujours faire rire, j'avais toujours ma cour, j'avais besoin de tenir la place centrale. Si on savait que j'étais de la fête alors du monde venait. Tu penses. Mais d'un autre côté, j'ai toujours traîner ce mal de vivre, ces moments de désœuvrement, de tristesses, de profonds désarrois qui heureusement ne duraient pas. C'est dans cette manne profonde de moi que je tire l'essentiel de ce que je ressens du drame humain. Voila je t'ai dis l'essentiel. Tu sais tout de moi, de ce que je suis. Ce qui lie l'auteur et ses lecteurs ce sont toujours comme tu le dis la communion d'esprit. Lorsque je commence un livre, je sais dés les premières lignes rarement au delà de la première page si je vais être conquis ou pas.C'est pareil pour les rencontres, on le sait tous si la relation va être intéressante ou pas.

FéeVerte

-

Il y a 5 mois

Et tu le fais très bien, preuve en est de ces derniers chapitres et de celui d'après où ce qu'ils ressentent les change pour toujours, et les rassemble. avec sa femme unit encore plus. Une belle lecture pleine d'humanité, de compassion entre les êtres😊😉pas très expansive mais lecture appréciée😛toujours un peu ces quelques jours qui entourent une peine. D'un petit mot je t'assure que je te suis😁😋

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 5 mois

Les compliments font du bien à l'âme comme une douce bise de la mer au petit matin qui ressens doucement le visage. Ça donne du courage, tiens! J'y pense, on devrait tous fonctionner avec ce carburant là, nous envoyer mutuellement des gentillesses, que j'appelle des douceurs de l'âme, des sucreries qui ne font pas de mal au foie mais qui font tant de bien à l'esprit. Bon weekend Féeverte.

LéonieBrante

-

Il y a 5 mois

Le câlin tout tendre montre l'affection entre eux, et Emery dit qu'il lui fait mal, j'ai souris car je soupçonne que c'est de la gêne plus que de douleur. C'est de la douceur en barre de chocolat que tu m'offres à chaque fois dans leur relationnel. Une belle aparté décrite loin de la tourmente.