Jean-Marc-Nicolas.GLe reclusoir d’Élisabeth de Beaupond. (La pénitente.)Hors-SérieÀ la recherche de la vérité. 2

À la recherche de la vérité. 2

Tu as aimé ce chapitre ?

110

100

15

15 commentaires

HaliBerrah

-

Il y a 3 mois

Mais qu'est-ce que c'est ce truc, j'ai du retard de lecture!!! J'ai honte :/ je t'écris sur l'autre chapitre parce que là je sens que ça va chauffer XD

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Oui ça va chauffer , c'est nécessaire ,sinon nous allons nous endormir.

Petitefée Verte

-

Il y a 3 mois

OUIiiiiiiii cest vrai ce n'est pas Elisabeth, elle l'a défendu Amélie, je gronde contre le capitaine et mes ongles sur les touches du clavier, en elles "mes griffes s’enfoncent", lol. Moi, je l'aime ce chapitre parce que ça commence à secouer dans ma tête quand je te lis et je m'attends à tout après, sauf que je pense à rien, victime de ton écriture qui me scotche toujours.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Tu veux que je te dises , quand je lis tes commentaires soit je te trouve mignonne soit je te trouve marrante.C'est toujours plein de vie. Je vois que tu vas mieux , je sais que mes chapitres rebondissent parfois comme une boule de Flipper.c'est le reflet de mon esprit, de ce que je suis profondément et même visiblement. C'est moi dans ma plus belle splendeur!!

chocotean

-

Il y a 3 mois

Un vrai écrivain se reconnait à sa capacité à maintenir les lecteurs en éveil et aux aguets. C'est ce que tu fais avec nous chaque jour cher Jmng. Aucun doute, tu as le don, tu sais décrire des situations nouvelles, lier le lecteur à ton histoire. Tu déroules les trames de ton histoire d'un main de maitre. Je vais user les toucher de mon clavier à force de l'écrire tout le temps, mais j'adore. Continue et passe un très bon we cher Jmng, bises si je peux me permettre

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

C'est toujours un plaisir de te lire j'ai honte de t'avouer que j'adore quand tu flattes mon ego et puis tu me donnes des ailes, moi aussi je t'embrasse ma copine de lecture, passe également un bon weekend, moi c'est cinéma, "A couteaux tirés" un genre de "triller Agatha Christie"en séance matinale, puis écriture ,j'ai des obligations à l'égard de mes lecteurs. Et "thé noir russian grey avec citron".Bonne soirée Chocotean

Fabienne

-

Il y a 3 mois

Ces chapitres que je viens de lire depuis mon dernier commentaire sont magnifiques et les derniers malgré le côté sordide d'enlèvement et de cette tentative de viol racontée par Amélie arrive à garder une douceur extrême qui est dû je pense à une forte sensibilité de l'auteur et je pense qu'il est impossible d'écrire quelque chose qui touche si il n'y a pas de sensibilité. Je suis touchée par ton texte alors merci de cet écrit où tu me donnes l'impression de le vivre.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Ma chère Fabienne ton message me touche, oui tu as raison il faut avoir une sensibilité je dirai à fleur de peau, c'est certain, c'est ma nature, et les derniers temps de ma vie touchés par des drames, mais que veux tu la vie est la vie comme le disait si bien De Gaulle. Mais bon je n'aime pas me plaindre çà ne sert à rien. Il faut avancer, nous n'avons pas le choix.Cette histoire j'ai plaisir à l'écrire d’abord parce que j'aime écrire mais aussi pour vous l'offrir comme un partage. Lorsque je n'avais pas encore terminé "Les Anachorètes" Fut annoncé le concours "Sorcière"Ça ne m'avait pas plus interpellé que cela. Et puis on m'a poussé à me lancer, (un mois après le commencement) Je n'avais absolument pas envie d’écrire une histoire sur le thème classique, tu sais ce que je veux dire, avec tous les clichés que cela comporte. Pour moi, seule une femme en souffrance avec un mal de vivre dans un monde fermé comme un reclusoir pouvait m’intéresser.Il y a d'autres sortes de reclusoirs . Certains d'entre nous vivent dans leur propre réalité et parfois dans leur propre enfer. Une immense peine insurmontable par exemple ou bien une dépression nerveuse ou encore une emprise de quelque sorte qu'elle soit par quelqu'un, par une secte ou autre. Les personnes échappent alors au monde traditionnel. Leur point de vue est déformé ils s'isolent, perdent parfois leur famille. Enfin la souffrance humaine est une longue histoire intéressante à observer et à disséquer pour mieux la comprendre.Bonne soirée Fabienne . On va terminer cette histoire ensemble.

Sand Canavaggia

-

Il y a 3 mois

Je recommence mon com qui a flashé avec ma connexion, je te disais que ce chapitre est encore très beau car tu croises les événements, cette maxime qui est dite quand Elisabeth est au cimetière et qu'elle relâche Camille l'apprenti boulanger, puis tu réveilles en quelque sorte Elisabeth qui est encore derrière les draps blancs posés par François car tu as unis les liens vus par les habitants, ces envoyés de la prévôté un peu avant et pendant les obsèques de Bertrand. C'est vraiment très bien car à aucun moment j'ai perdu les fils de ton histoire tu rattaches tout avec clarté et précisions. Je comprends que maintenant on a deux spectres identitaires que Jean va devoir rassembler pour mieux les séparer comme un côté qui fait "du mal" le kidnappeur d'enfant qui semble être "la" et Elisabeth "le bien blessé" qui va certainement faire le lien entre les deux ou faire battre en retraite cette forme, ou …. là c'est à toi de faire car comme je te l'ai dit tes textes sont tellement denses que j'ai beaucoup de mal à extrapoler. Merci de ce nouveau partage et bonne suite de ton écrit sur ces dix huit jours qui restent, voire plus en chaps édités, où tu vas me faire encore voyager dans ton monde.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Oui tu as raison, mais les kidnappeurs vont revenir dans le milieu de cette histoire pour semer la confusion ,enfin tu verras, c'est mon esprit farfelu qui me le dicte pendant mon sommeil. C'est moi qui te remercie pour rester si prêt de moi et si intéressée par mon histoire je vois que tu est quelqu'un de passionné, je lis tes commentaires chez moi et ailleurs, tu nous lit pour de "vrais"je ne retrouve cette identité que chez les miens,je veux dire ceux qui me lisent et me suivent, ils me sont fidèles, même ceux qui ne m'envoient jamais de commentaires, ils sont là prêt de moi.J'ai vraiment beaucoup de chances . Merci de me suivre ,bon weekend Sand