Jean-Marc-Nicolas.GLe reclusoir d’Élisabeth de Beaupond. (La pénitente.)Hors-SérieLes enfants perdus. 2

Les enfants perdus. 2

Tu as aimé ce chapitre ?

18 commentaires

Valantine.B

-

Il y a un an

Je te remercie pour la réponse à mon commentaires, j'ai de beaux rêves dans ma vie dont celui de continuer à lire. Oui mon métier est capital pour moi le choix de la nuit en travail est que je me suis aperçue que souvent des êtres nous quittent la nuit et je ne voulais pas qu'ils soient seuls alors bien sûr je ne suis pas dédoublée dans toutes les chambres mais mon étage, ma spécialisation me permet d'être là à chaque fois. Merci pour tes mots. Pour revenir à ton texte où avant d'aller dormir, mon café à la main j'ai pu rattraper mon retard et me dire bon sang que va-t-il se passer, cette femme qui pleure a une incidence sur ses enfants qui partent, c'est ce que je crois voir et cette population plutôt remontée me donnent des frissons, les humains me fait presque avoir plus peur qu'Elisabeth, d'ailleurs c'est sûr parce que la dame des miroirs a du cœur, une sensibilité et ce qu'elle fait est comme un jugement de la vie, tu sais quand on dit que la roue revient toujours sur les gens qui font du mal gratuitement. Bon je vais attendre ma prochaine lecture sur ton texte et je vais dormir car les allumettes n'arrivent plus à retenir mes paupières. Bonne journée cher ami de phrases qui accompagnent mes nuits de labeur.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un an

Bonne nuit Butto Val, dors paisiblement tu le mérite, tu prends soin des nôtres pour mieux les accompagné pendant que nous,nous dormons confortablement dans nos lit, je veux dire sans douleurs physiques, enfin pas ces douleurs là. Tu me fais penser à un homme qui est toujours resté intègre, respectueux des autres, il s'est beaucoup occupé de moi, je l'ai beaucoup aimé, c'était mon père. Il est parti un soir d'une chambre d’hôpital . J’espère qu'il vole au milieu de tous ceux qu'il a aimé. J'entends toujours sa voix tonitruante avec son accent marseillais comme on ne l'entends plus aujourd'hui,celui de Pagnol, de Raimu ,de Charpin, de Maupi, et des autres. Il avait un cœur d'or cet homme, mais alors ses colères !! Houllouille comme le disait ma mère, en français cela signifie, ça va barder les enfants, allons ,sortons et à notre retour il se sera calmé. Aujourd'hui ses colères ne me font plus peur, elles me font rire avec je dois l'avouer une buée dans les yeux. Mais sinon la vie est belle et comme le chantait Maurice Chevalier "Dans la vie faut pas s'en faire"

Sand Canavaggia

-

Il y a un an

Voilà ce que j'attendais, tu l'annonçais quand même un peu, les enfants ; tu vas lancer ce Capitaine dans une aventure où il rencontrera peut-être une peur en ombre ;) toujours un bon rythme conservé et mes neurones ne lâchent rien de chaque détails et l'envie de connaître la suite où là encore comme je te l'ai déjà dit je suis toujours sous tes mots sans arriver à évaluer exactement la direction que tu vas me faire prendre même si dans ce cas je connais l'implication d'Elisabeth avec les enfants elle ne pourra pas rester de marbre. Merci de ce partage qui va illuminer ma journée dans l'attente du prochain pour lequel je te souhaite une bonne continuation.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un an

Merci Sand, je m'y attelle patiemment mais ardemment .

Perrine

-

Il y a un an

Je me réveille,je me sers un lait chaud et je m'installe à ma table, demain j'ai un UV hyper important donc je dois bosser encore et trop stressée je regarde mon tel. Je vois deux chapitres en retard et je me perds dedans. Très émue sur tout tes chapitres la encore cette femme qui pleure et ce côté légende urbaine qui plane avec un réalité qui sur deux côtés la population et de lautre Elizabeth se gère et s'accepter de différentes façons.. cest chaque fois que je te lis comme le reflets de ce que nous vivons quelquesoit les siècles et pour le coup c'est un sacré choix que de lavoir placé dans cette période où tu pouvais mettre en relief sans peine un peuple et leurs croyances et rendre une Elisabeth très belle et intelligente un paradoxe contrarié. Jaime toujours beaucoup cette histoire. Je vais maintenant pouvoir retourner à la mienne d'histoire moins sympa. Un nouveau chapitre est quémandé, prié.🤩

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un an

bonjour Perrine, oui cette histoire est toute en paradoxe, c'est dans le fond ce que j'affectionne le plus. Et comme tu le dis si bien, la vie est faite de paradoxes. Nous même en produisons en quantité industrielle. Gageons que je pourrais apporter ma modeste contribution d'une détente bien méritée dans le courant de cette semaine. Il semblerai que tu supporte une certaine pression du cote des "établissements scolaires". Ce dois être mon esprit qui est conçu ainsi, si je n'écrivais pas un récit fit de paradoxes alors je crois bien que je m’ennuierais très vite d’écrire. Nota, à bien y réfléchir, que je n'ai après tout aucun mérite pour écrire de telles choses, je n'ai aucunement besoin de me tracasser l'esprit, je veux dire que ce n'est pas le fruit d'un travail acharné pour y trouver la clef qui va vous faire vibrer. Non pas du tout, le plus fort, est que c'est naturel, ça me viens naturellement. Ce sont des idées qui viennent habiter mon esprit,moi je dirais "envahir" que je dois mettre sur le papier car elles me tarabusteraient si par malheur je ne les couchaient pas sur le papier. Un peu comme Elisabeth qui dois écrire sa vie, les événements de toute son existence.

Fabienne

-

Il y a un an

Comme je lis tout ce que l'on te dit et que je n'ai guère plus à dire. Je vais juste te remercier de peupler de ton imagination foisonnante et réalistes de solides références historiques mes longues soirées après un travail assez physique et fatigant, garni d'un petit en-cas, un pyjama pilou pilou et un verre de jus de fruits.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un an

Je suis heureux de t"emmener avec moi dans mes rêves, parce que tu me dis,en quelque sorte contribuer à te faire oublier(modestement) tes longues journées fatigantes, mon histoire aurait elle des propriétés curatives ? Pour moi, lire ou relire ça en a effectivement,alors je te comprends. Je me suis régalé avec "Le nœud de vipère" vite lu et relu pour la énième fois! Que veux tu François( Mauriac celui là) ne m'a jamais quitté. Va comprendre. Mais je me suis beaucoup nourri et encore aujourd'hui de tous ces auteurs de fantastique, BLOCH ,BRADBURY,LOVECRAFT,ALAN POE et j'en passe et des meilleurs tel que CLAUDE SEIGNOLLE avec LA MALVENUE histoire qui se déroule au siècle dernier en Sologne dans une ambiance inquiétante trempée dans une brume mystique. J'ai lu cette histoire lorsque j'avais 13 ans , Ouf!! Bon je vais écrire mon nouveau chapitre que tu ne visualisera que dans quatre chapitres en pensant à toi pour ton pyjama pilou pilou, il y avait longtemps que je n'avais plus vu ce terme. C'est mignon ce mot "pilou pilou"Bonne soirée Fabienne je suis content de t'avoir lu et de savoir que je t'apporte un peu de soleil,une petite éclaircie dans nos vies de solitude . Et c'est le temps qui court,qui court...

jill

-

Il y a un an

Je suis toujours très fan de ton histoire et voir avec quelle facilité tu rebondis et tu nous replonges dans un autre événement me laisse pantois. Je me mets à penser quand et comment les miroirs vont se découvrir et qui va faire en sorte que tes espaces se rencontrent entre le capitaine Elisabeth, la population, ces enfants enlevés et cette femme qui pleure près de l'arbre et cette ombre qui est celle qui pleure certainement, c'est une supposition qui se croiserait bien, non tu ne crois pas mais tu vas pas me répondre, d'ailleurs il ne vaut mieux pas, laisse moi découvrir s'il te plait . Merci de ta réponse sur les enfants perdus, je dois te dire que je me trafique la pensée à chaque lecture, je crois que je vais renoncer et te lire sans me poser de questions, si j'y arrive, trop curieuse, c'est mon défaut.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un an

Non Jill, la curiosité n'est pas un défaut. Elle est mère de toute culture chez nous(je veux parler de l’espèce humaine). Elle nous permet d'avancer dans nos études, les "scolaires" mais également celles de la vie. C'est bien cette intelligence vivante et vivace, c'est beau de s’intéresser à tout et à rien . S’intéresser à rien ,c'est aller là ou les autres ne sont pas allés. Continue à m'accompagner, continuez tous à demeurer prêt de mon histoire, je me sentirai moins seul.Bonne nuit, je dois te laisser Jill, je suis rentré chez moi assez tard et je n'ai pas encore dîner. Mais je dois avant tout répondre à vous tous, je vous le dois. A bientôt et bon courage pour tes études ,celles que tu as reprise avec courage.