Titezor#MeTooImaginaireAlbertine #5

Albertine #5

Tu as aimé ce chapitre ?

26 commentaires

Anne-Estelle

-

Il y a 9 mois

On en est déjà à 6 chapitres et il y a beaucoup de souvenirs, et seulement quelques petits indices sur maintenant. Ce qui n'est pas mal, c'est un parti pris, mais je me demande si le fait de mettre l'accent sur ce couple qui n'en est plus un, sur l'absence du jardinier, si c'est vraiment un problème qui sert l'histoire ou si c'est juste "anodin" ? La suite me le dira :-)

Anne-Estelle

-

Il y a 9 mois

de grands affichages

Frédéric P.DIJOL

-

Il y a un an

Ça se lit bien, et c'est profond. Ça me plait. J'ai 2 remarques pour le moment, je trouve que les changements sont extrêmement radicaux pour un court laps de temps : fin de l'ultraconsommation et de la phalocratie du même coup... et deuxièmement, l'histoire, jusque là, se situe dans un contexte franco français, et je pense que ce genre de révolution sera mondiale ou ne sera pas. Ceci dit, c'est très bien écrit et mon avis reste le mien ! Je continue ma lecture

Titezor

-

Il y a un an

Coucou binome. Merci de ce premier retour. En effet le changement est radical, en 70 ans. Nous sommes aux 'prémices' de la nouvelle ère. Mes chapitres histoire viennent raconter comment s'est produit ce changement. Je présente un contexte franco français car celui de ma narratrice. Je n'avais pas envie de me positionner du point de vue des dirigeants mais montrer le quotidien. Quant au monde, je suis d'accord ☺️ il y aura 'un événement' qui fera basculer la donne, chaque pays se reconstruisant ensuite. Ce sera l'objet d'un chapitre histoire ultérieur. Mais je note tes points pour étayer à l'avenir ces premiers chapitres si jamais.

EmilyChain

-

Il y a un an

Ce n'est plus 😢

Titezor

-

Il y a un an

Et non :(

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un an

Un passé constructif où elle puise ses forces, sa culture, ses racines. C'est un bon moment, un bon chapitre.

Sand Canavaggia

-

Il y a un an

J'aime cette notion de pain qui revient sans cesse, pour moi cela relève la dureté d'une vie car le pain n'est pas que ce qui en est dit c'est aussi une image forte d'un centre de repas, d'un indispensable de survie puis en filigrane porteur de notre culture chrétienne. Et depuis deux chapitres des personnages identifiés qui se croisent et se décroisent avec brio. C'est une réelle et forte prise de contact avec chacun d'eux.

Plume Jamais - Virgulenn

-

Il y a un an

Tu répètes beaucoup panier et pain : tu peux remplacer celui-ci : destinées à la confection/fabrication ; de grands affichages ; nous-même ; soi-disant ; des gâteaux pleins ; appétissants ; Bon, j'essaierai de revenir pour la suite. je lirai peut-être plus vite sans m'attarder sur chaque faute… le temps me manque…

Titezor

-

Il y a un an

Avec plaisir de te compter parmis mes lecteur.rice.s malgré les fautes. Je me relis et ai une beta lectrice mais certaines choses nous échappent 😔