Jean-Marc-Nicolas.GLettres à ÉvaHors-SérieLes bleus de Potin.

Les bleus de Potin.

Tu as aimé ce chapitre ?

14 commentaires

Valantine.B

-

Il y a un mois

Un petit peu d'ivresse qui ne rend pas ivre à cause du froid si grand, et les fesses de Potin jusqu'à l'arrivée au cloître plus austère , c'est tiraillant entre de petits bonheur et ses peurs qui remontent comme des vagues.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un mois

Oui une forme d’intermède au milieu d'une situation dangereuse, ils essaient de détendre l’atmosphère.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un mois

Le dénouement de la fin commence là.

Perrine

-

Il y a un mois

Potin et sa tête qui passe et ses bleus quel bon moment. L'arrivée au Carmel est magnifique après une rude remontée vers lui, les voix basses et les cœurs qui se serrent face à la grande porte. Touchant je trouve tout cela.

chocotean

-

Il y a un mois

J'ai adoré ce chapitre au coeur de l'action, entre émotion latente et humour débridé. Petite remarque toutefois (tu sais que j'aime bien ça) le "sourire dans ses yeux de tendresse" me parait un peu compliqué à capter j'aurais préféré un sourire de tendresse dans ses yeux, mais chacun fait comme il veut et aussi la tempête de neige "qui se réveille" perso je les ai toujours vues juste se lever, mais là, encore cher ami écrivain, tu fais comme tu le sens! (et puis faut bien que je trouve à redire, puisque tu ne veux pas que je corrige tes petites fôtes d'orthographe!!!) Na ... et vite la suite

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un mois

Je vais le rectifier, l'essentiel est que les yeux de Blanchard conservent leur tendresse, Tu as raison pour la tempête qui se lève, mais j'avais pensé à l'époque que c'était banal et courant, alors que la tempête qui se réveille bien entendu c'est moins français , moins usité mais cele évoquait une bête qui dormait et dont on redouter le réveil. Mais merci de m'aider à mieux écrire.

FéeVerte

-

Il y a un mois

En peu d'espace tu as fait super rire avec le séant de Potin, crever de fatigue avec cette montée jusqu'au couvent et au point où on se dit ça y est ils y sont arrivés, voilà que c'est "tôt" et je supplie "non faites les entrer". Je vais vite voir la suite🤩C'est bon, c'est bon, c'est bon😅

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un mois

Si tu connaissait la suite🙄😏

Tichachat

-

Il y a un mois

Le passage qui fait du bien, tu sais si bien les faire, tu créés un espace temps où on est dans tous nos états et d'un coup relâchement total avec ces bleus de Potin. Ca fait du bien.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un mois

Oui probablement que dans la réalité ce serait passer ainsi. Ce sont les paradoxes de la vie.