Jean-Marc-Nicolas.GLettres à ÉvaHors-SérieLe soucis du devoir.

Le soucis du devoir.

Tu as aimé ce chapitre ?

18 commentaires

Lacurea

-

Il y a 2 mois

Deux officiers qui se respectent un au milieu des blessés, l'autre aux claquements de botes avec ses hommes, j'ai trop aimé. Les officiers d'un côté comme de l'autre étaient issus de bonnes famille alors entre certains un certain code est là. Ils se jugent responsable, faut être tablard pour penser que quiconque à une responsabilité dans ces hommes, mais l'instant est bien posé, tu es trop fort dans cette émotion de ces hommes plein d'amertume de la décision de Raoul de rester car ils savent que c'est son choix tout compte fait, ils l'admettent pas, c'est tout.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 2 mois

C'est difficile pour ses hommes de le laisser derrière eux, ils le ressentent comme un abandon.

HaliBerrah

-

Il y a 2 mois

Cet officier allemand attire mon regard, ma mère m'a expliqué qu'il y a eut des cas comme cela où des allemands ont protégé des officiers d'une certaine façon sans abattre tout sur leur passage, les officiers étaient envoyés dans des camps commandés par d'autres officiers français qui étaient intermédiaires avec allemands et géraient des espaces qui leurs étaient attribués. C'étaient dur aussi alors au diable les responsables, d'Emery va vers une mort presque assuré, nous ne sommes qu'en 16, il est blessé, usé en plus même s'il est déterminé, l'avenir semble noir pour lui.😪

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 2 mois

Sans vouloir divulguer la suite et sa fin, il y avait encore pendant la première guerre mondiale, une sorte de code d'honneur entre officiers, d'autant plus que ces deux là font partie de la "caste" aristocratique. A cette époque encore, l'aristocratie allemande et autrichienne au demeurant parlent un français exemplaire. Cela, fait partie de leur éducation.

Groot Gross

-

Il y a 2 mois

Cette phrase, elle m'a trop touché "Bonaventure découvre sa jambe de bois" parce que je me rappelle quand il en parlait, parfois avec fierté sur ses capacités et d'autres avec fragilité, ce qu'il a fait là c'est aussi brave que tous ces tir. Chapeau-bas Bonaventure.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 2 mois

Eh oui, il a démontrer aux officiers tous présents ce qu'est le "vrais " courage. Non pas qu'ils n'aient pas fait montre de courage, les pauvres sont allés au combat comme on va à abattoir mais disons qu'ils avaient tous leurs membres.

lemondenetuepas

-

Il y a 2 mois

Oh la vache il joue du piano la musique qui le lie à Blanchard et il s'engueule avec Bartoli, AH la notion de responsabilité, c'est souvent quand on se sent super coupable que l'on a besoin de s'énerver contre la terre entière.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 2 mois

Oui, tu as aison, on connait tous ce sentiment, la culpabilité. Mais ce sont de braves gars, tu le sais, je le sais, on le sais tous, c'est faute à pas de chance, un une jonction de plusieurs facteurs qui aboutit à ce drame.

FéeVerte

-

Il y a 2 mois

Personne n'est coupable seule la situation et l'urgence de ce replie, des décisions et surtout le choix du Colonel, on ne peut que respecter l'homme et la décision si pleine d'honneur.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 2 mois

Tu as tout fait fait raison.