Jean-Marc-Nicolas.GLettres à ÉvaHors-SérieLe quartier général.

Le quartier général.

Tu as aimé ce chapitre ?

32 commentaires

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

63é

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

63 é

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

63 é compagnie

chocotean

-

Il y a 3 mois

Bon ça y est, j'ai rattrapé mon retard. 80 chapitres en 24 heures, c'est bien parce que je suis trop contente de t'avoir retrouvé, tu ne crois pas que je vais t'abandonner comme ça!!! J'ai attendu la suite de la dame aux ronces sur le site que tu m'avais indiqué (je sais plus lequel c'est!)mais je désespérais de te lire à nouveau/ La vie nous occupe parfois beaucoup et je ne sais pas pourquoi hier soir, par hasard, vraiment je suis revenue ici, pour tomber sur ta nouvelle histoire;) un signe du destin probablement. Je me demandais ce que tu devenais, j'ai ma réponse : tu écris encore et toujours. Tu progresses, tu excelles toujours dans tes descriptions, dans les petits détails. Je pense que ta journée de méditation au milieu de ces champs de bataille oubliés par le temps t'a donné une force d'âme supplémentaire, et ce nouveau roman, n'est que le commencement. Le premier jour du reste de ta vie d'écrivain. Pardon de dire tout ça en retard, mais ... il vaut mieux tard que pas du tout. Je suis trop contente de t'avoir retrouvé. Et de voir que tes lectrices de Elisabeth t'ont suivi, et te sont restées fidèles.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Elisabeth est en cours de relecture ainsi que la maquette de la couverture qui sera prête en Septembre, donc éditée avant Décembre. Je te mettrais le lien où tu pourras avoir l'histoire entière, sous ton dernier commentaire de ce texte. N’hésite pas à revenir de temps en temps je te laisserai un petit message à ce sujet, sinon j'ai laissé deux nouvelles sur Wattpad, "Le château" et "Bunker F 626" elles sont issues de deux concours qui demandaient d’écrire des histoire fantastiques mais en dix pages maximum, ce qui n'a pas été aisé. Alors, rien à avoir avec "Lettres à Eva" ou "Elisabeth de Beaupond, la recluse" ça sz laisse lire comme une petite récréation.

chocotean

-

Il y a 3 mois

Bien cher JMNG, quelle joie pour moi de découvrir que tu t'es lancé dans une nouvelle aventure. Venue par hasard sur le site, je tombe sur tes écrits. Tout en finesse et en sensibilité.. Il me semble, alors que je viens de lire les 3 premiers chapitres que tu es reparti pour nous embarquer à nouveau dans ton monde. Ta culture impressionnante, ton réalisme sans faille, et ton amour du petit détail qui va nous foudroyer en plein coeur, m'ont l'air toujours au rendez-vous dans ce nouvel écrit. Je ne résiste donc pas au plaisir de sauter sur ce dernier chapitre pour te dire, hey ho, je suis de retour. Je repars bouquiner toute cette lecture en retard, et je reviendrai, fidèle au poste, suivre l'aventure déjà bien entamée, au jour le jour. Merci en tout cas, de n'avoir pas lâché le stylo et de nous régaler de ta prose. A bientot, mon ami Jean-Marc. J'ose espérer que tout va bien pour toi.. Amicalement

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Ah chocotean, ma chocotean à moi, je n'y croyais plus,quelle belle surprise, tu manquais à mes lectrices et lecteurs, sans toi, il manquait un pied à la table. Et quel retour! Pour la petite histoire de cette histoire, c'est l'année dernière après une énième visite sur le champ de bataille de Verdun, après y avoir passer la journée seul à méditer au milieu du terrain encore tourmenté où les crevasses causées par les obus étaient encore là, à peine recouvertes par un manteau de verdure formaient un sol vallonné. La nature avait repris ses droits, les arbres étaient là, ils trônaient tel des gardiens du souvenir, ils étaient revenus après qu'il n'y ait-eu plus aucun l'un d'entre eux debout pendant cette triste époque. J'ai pensé à ces milliers d'hommes qui ont combattus courageusement n'ayant qu'une vie à échanger contre le devoir exigé.Ils avaient une vie ces hommes, des parents, des enfants, des amis, un métier, des projets, ils avaient les mêmes préoccupations de la vie de tous les jours que nous aujourd'hui. Alors en hommage à ces sacrés bonhommes, j'ai écris ce que je ressentais avec ma vision à travers mes mes états d’âme tourmentés. Bon je te rassure, je ne suis pas quelqu'un de triste mais plutôt de joyeux, c'est juste à l’intérieur, c'est ma nature, je t'avoue que je suis du signe du Poisson ascendant Scorpion. Eh puis, il y a eu le confinement, je voyais à la télévision le dévouement des personnels hospitaliers, et je me suis rappeler d'une jeune infirmière qui comme toi m'avait suivi pendant "Elisabeth de Beaupond, la pénitente", elle travaillait toutes les nuits dans un service de fin de vie. J'ai pensé alors à participé au concours "Histoire" qui avait déjà commencé depuis un mois, son pseudo est "ButtoVal"elle m'a avouée plus tard s'appeler Valantine mais n'aimait pas son prénom, trop démodé disait-elle. En hommage au cette personne j'ai changé le prénom de l’infirmière de Valérie en Valantine. Mais actuellement ce texte est en pleine relecture pour filtrer les fautes que je découvre à chaque relecture. Des fautes de syntaxe, des adjectifs "insuffisants" des répétitions , des fautes d'accord et j'en passe, quand je lis les autres participants c'est pire encore chez certains à s'arracher les cheveux. Mais cette histoire sera prête à être auto-éditée pour la fin de l'année. Pour Elisabeth de Beaupond il y a eu beaucoup de travail, tu te rappelles des fautes, mais c'était différend dans la mesure où je m'était jeter à corps perdu dans ce concours en écrivant presque au jour le jour. Le texte a été revus, passé au tamis la couverture sera prête pour Septembre faite par un illustrateur "Loïc Canavagia" regarde son site. Je te raconte, dans une chambre où trône un grand miroir, un enfant, devine qui? Il semble regarder dans le vide, mais de l'autre côté du miroir, il y a une jeune fille blonde en robe du XVI éme siècle qui s'adresse au petit garçon , au sol remontant sur le mur derrière une ombre inquiétante griffue avec des racines, c'est le côté négatif de la recluse. Suis bavard je sais, mais tu était partis depuis longtemps, et j'avais beaucoup de chose à te dire.😉😍

Lacurea

-

Il y a 3 mois

Il est sur la route de son combat, il est un peu dans le combat intérieur et extérieur, il a ce qu'il porte en lui et ce que cette mission lui impose par son intégrité et sa valeur d'homme qu'oh combien tu n'as cessé de mettre en avant et qu'il m'est impossible d'oublier dans sa bravoure et son attachement aux valeurs qu'il a. Je suis sous le charme de cet homme, tiens tiens je deviens Valantine. Non pas tout à fait je n'aurais jamais pu être infirmière mais par contre il n'y a pas de doute sur l'attrait de cet homme pour moi qui dévore tes pages.😁😎🤩😊

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Oui, je comprends ce que tu ressent, je l'ai d’ailleurs écris de cette manière pour provoquer ce genre de sentiment. Même si je ne suis pas une femme, j'aurais aimé lui ressembler, lui.

Perrine

-

Il y a 3 mois

Ca y est j'y suis, je te l'ai dit que je l'attendais, une nouvelle partie de ton livre s'écrit, Il est arrivé mais pas encore au point que j'attends avec impatience, ça ne devrait plus tarder alors je t'attends au détour d'un départ avec ses troupes, je pense que ça va pas être du tendre.