Jean-Marc-Nicolas.GLettres à ÉvaHors-SérieLa Polonaise.

La Polonaise.

Tu as aimé ce chapitre ?

14 commentaires

chocotean

-

Il y a 3 mois

En lisant ces lignes, je t'imagine, visitant ce site oublié du temps, et sentant autour de toi les cris de ceux qui sont morts là-bas. Je saisis pleinement en te lisant, ce que tu as pu ressentir au milieu de tout ça. Le passé est de retour, tu le ressuscite par tes mots. C'est impressionnant.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Oui, à n'y prendre garde, on pourrait penser les entendre, à se laisser glisser lentement dans une sorte de léthargie, on pourrais presque les sentir et sombrer dans la folie qui les a saisies un jour de leur vie. je ne suis pas ressortis de cet endroit indemne, mais c'est particulier à moi, d'aucuns pourrons visiter ce lieu sans même froncer d'un sourcil. Cela dépend de la sensibilité de chacun d'entre-nous, mais je suis une éponge, je n'y peux rien.

FéeVerte

-

Il y a 4 mois

Une superbe approche du bal que tu as traité de façon légère parce que l'essentiel c'est le commandant et ces discussions avec les autres militaires, tu me fais pas perdre de vue que c'est ce Verdun le pignon de ton histoire qui uni les êtres.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 4 mois

Dans la marche militaire de Schubert!😉😊

Valantine.B

-

Il y a 4 mois

J'ai aimé ce bal et cette discussion forte entre le commandant et le capitaine mais ce qui m'as fait un frisson c'est juste avant le bal ce salut pour le commandant avec la musique en fond de Shubert, quel hommage et honneur. Superbe j'ai trouvé.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 4 mois

C'est parce que tu connais la marche militaire de Schubert, par concéquent tu es rentrée dans l'ambiance.

Sarah Relousse

-

Il y a 4 mois

Ce moment de bal fait danser dans leur robe les lumières, je me suis imaginée la scène, c'est chouette et après ils parlent de Verdun entre cadavres, dépouilles, bouts humains, c'est affreux et très réel mais là t'as jeté un froid dans ma lecture qui dansait la polka. Tu fais exprès de faire des misères à ma lecture, hein ????

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 4 mois

Bonsoir Sarah, Ils veulent savoir, car ils appréhendent, ils ont entendu parler du carnage que génère les combats dans le secteur de Verdun, les hommes parlent entre eux. Et là, précisément ces capitaines ont devant eux, en leur présence un officier, qui de plus est l'un d'entre eux, il est donc important pour ces capitaines de connaitre le sentiment d'un officier et non d'un homme du rang. La polka, c'est l'ouverture de Tchaïkovski, "Eugène Onegin, tu peux l'entendre sur "YouTube" pour t'en faire une idée et rentrer pleine tête dans l'histoire. De même lorsqu'ils entrent dans le hall d'entrée du château, ils entendent "La marche militaire" de Franz Schubert, c'est conforme à cette époque et à ce milieu un peu guindé.Pardonne-moi si mes écrits sont quelque-peu violents, malheureusement l'époque s'y prête, la suite est assez intense, mais avec des moments forts, tendres ou assez lourds.Bonne soirée Sarah.

Tichachat

-

Il y a 4 mois

J'aime beaucoup ce Bal, Tchaikovsky que tu fais venir, leur musique et il la laisse s'envoler dans les bras d'un autre officier...Ce doit être dur alors forcément les dialogues avec les jeunes officiers seront tout ce qui lui remonte de souvenirs.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 4 mois

Oui, bien entendu que pour d'Emery, c'est difficile de voir sa Martha chérie s'envoler dans les bras d'un officier. Mais que veux-tu, comme le dit D'Emery, "Il semblerait que la dance et la guerre ne s'accordent pas". Bonne soirée Tichachat