Jean-Marc-Nicolas.GLe reclusoir d’Élisabeth de Beaupond. (La pénitente.)Hors-SérieLe temps qui passe.

Le temps qui passe.

Tu as aimé ce chapitre ?

99

92

12

12 commentaires

Sand Canavaggia

-

Il y a 2 mois

Tu sais que je me sens très proche d'"Elle", quand je lis les premières lignes je me transporte face à cette fenêtre sans lumière, assise sur une chaise de bois face à son secrétaire, papier et encrier face à elle tenant sa plume prête à la poser et griffonner tous ces mots qui emplissent sa tête...Sur cette émotion, une autre plus forte se dévoile, François lui parle, il se dirige vers la fin, cette fin qui n'en est pas une, juste une autre porte où il retrouvera un âge qui le rassure près des siens partis avant...Et là une troisième salve arrive avec Jean, ils sont devenus amis et il est perdu de voir son ami partir...Je finis dans la voix de Josette qui parle de lui et de la jolie Amélie. Encore une belle prestation de ce qui semble si facile pour toi soit écrire les émotions et transpercer les miennes. Je te remercie de ce partage, et je continuerai à te suivre sur les chapitres que tu accepteras de me dévoiler. Bonne continuation.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 2 mois

Bonjour Sand,c'est si facile d'écrire cette histoire parce que je l'ai dans l'esprit, elle vit en moi et finalement en l'écrivant,je vis en elle.Oui je te dévoilerai la suite,c'est normam à mes yeux et ça se passera toujours comme cela si d'aventure j'avais encore l'opportunité d'écrire par la suite.

jill

-

Il y a 2 mois

C'est lorsque je lis un chapitre comme cela et comme celui avec Bertrand que je me rend compte l'attachement qui se fait avec des personnages. Les voir mourir sans peur de la mort mais la peur d'être seul en mourant est bien distincte dans ton texte. C'est ce qui m'a interpellée. Je ne l'explique pas mais dans tous les cas c'est très touchant et je peux même le lier à la recluse car ce n'est pas la mort qui l'effraie mais la solitude dans laquelle elle est confinée, la mort elle en a fait une amie d'ailleurs, elle fait même le choix de rester ainsi quand son père lui demande de les rejoindre, elle préfère ne pas laisser seul cette famille qu'elle aime les de Beaupond et aussi aider les malheureux. La solitude c'est cela l'émotion de ton histoire, ce qui unit toutes les personnes qui sont autour d'elle. Ton écriture est toujours si belle de sensibilité. J'ai lu les commentaires dessous et je crois que je peux te dire A+ sur un prochain chapitre. Je croise les doigts pour toi et la fin du concours.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 2 mois

bonjour Jill tu aimes cette histoire parce que tu es toute aussi sensible que son auteur et que tu t'identifie un peu à chacun de ces personnages,d'ailleurs je crois que c'est le même phénomène qui se produit avec mes autres lecteurs. Nous avons un point commun et c'est pour cela que nous affectionnons ce genre de personnage et ce genre d'événement. La solitude est un phénomène qui m'interpelle depuis quelques années maintenant. Pendant ma jeunesse je n'étais jamais seul, toujours accompagné en quelque sorte, très entouré si tu préféré, elle ne faisait pas partie de ma vie. De temps à autre elle venait m'accompagner pour m'aider à étudier ou à lire un bon livre, une bonne histoire j'avais besoin de m'isoler pour pouvoir me "fondre" dans l'histoire du livre. Mais c'était une solitude de compromis,quelque chose de recherché,un état d'un moment. La vrais solitude elle est arrivée beaucoup plus tard, c'est la grande soeur de la première.Celle que l'on attend pas qui arrive comme ça sournoisement,celle qui te sépare de tes amis ou d'une partie d'entre eux parce que on ne se comprend plus,on a plus rien à se dire (ou plus grand chose) la séparation ne se rompe pas forcément non, elle se délite doucement . L"amour c'est la même chose,c'est extrêmement angoissant au demeurant. On t'annonce que l'on a plus envie de continuer à tes cotés ,on te quitte OUFF. %ais le pire c'est quand c'est toi qui doit annoncer que tu n'aime plus la personne, que tu aime encore finalement( d'une manière différente) puisque tu a peur de lui faire du mal. Là précisément c"est un grand moment de solitude. La solitude peut être apaisante,réconfortante, car recherchée avidement. Elle peut avoir aussi le gout amère d'une forme d’exil physique ou mental. C'est le cas de ces femmes qui choisissaient de s’isoler pour toute leur vie dans un reclusoir pas plus grand qu'un mouchoir de poche. Bonne continuation Jill, je suis bavard je sais,mais la solitude ça fais ça aussi.

HaliBerrah

-

Il y a 2 mois

Merde alors ! je reviens pour voir ta réponse à mon com et tout a disparu, mes partages et mon blabla, il était démentiel et là comme une quiche je regarde le vide :p Je vais pas recommencer les esprits malins seraient capable de me l'enlever alors je vais être gentille ou méchant rarh rarh. Je vais pas te dire que c'est bien, non !!! Mais c'est bien quand même, c'est même formi...dable. Maintenant que nous avons cumulé les macchabé, les fous rires et les moments d'émotions, dis-moi monsieur dessine moi une autre partie. Tu veux bien, dis tu veux bien. Si tu ne dis pas oui je t'envoie les démons qui ont effacé tout XD Un petit mot sur ce chapitre peut-être, non ? "C'est quand la suite ?" Ha Ha Ha mdrrr la fille.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 2 mois

Oui figure toi que je vois que j'ai un message de toi, je m'y rend et pfuii!! Ce P... de commentaire disparaît instantanément comme ça, C'est une des sœurs damnées qui est passée par là !! Non mais ne t’inquiète pas je te dis ce que j'ai écris à petite Fée Verte , je veux dire que même après la fin du concours je continuerai à éditer . Le règlement nous interdit de vous dévoiler la fin c'est tout. Mais je ne le savais pas avec le dernier concours Je croyais qu'une fois le BIP d'arrivée il fallait poser le stylo si tu veux ,ce qui m'a frustré de ne pas vous avoir donné la suite des "Anachorètes " RRRrr. D'ailleurs comme je le disais à petite Fée Verte je termine de le terminer si je puis me permettre et dés qu'il est définitivement finis je peux lui envoyer la fin sur Messenger et pour toi même raison même punition je peux t'envoyer la totalité des Anachorètes et mime le reclusoir dés que je l'aurais terminé. Bon Petite Fée Verte n'a pas trop le moral elle passe ces P... de partiels . Bon je vais me regarder pour la cent mille trois cent septième fois La revanche des Sith. Me suis acheté un grand écran tu sais ? Avec son et tout le bataclan . Bon toi tu vas bien? Tu n'as pas de partiels???

Petitefée Verte

-

Il y a 2 mois

Je suis dèg, en plein partiel jusqu'au 19, je ne lis que maintenant tes deux derniers chapitres et tu remets Elisabeth au début de celui-là, et françois ça me fou le spleen, même si tu dois avancer ton histoire de le voir partir c'est comme la fin d'un monde, trop envie de voir tes autres chapitres pour commencer autre chose, j'aime pas avoir le cafard x: J'ai vu fin de ce concours, tu vas publier encore ou ça s'arrête ? Si tu publies, je continue à partager vers mes amis. Parce que sur autres écrits au dernier concours ceux que je lisais dont toi et dans celui-là j'ai lu certains qui mettaient plus rien après, même avant, c'est zarbi, mais je m'y suis habituée. Quoi que tu fasses, c'est vraiment l'écrit qui m'a mise la patate dans mon premier semestre. Continue même dans l'ombre avec Elisabeth, je suis sûre que c'est une bonne amie à toi maintenant LOL :))

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 2 mois

Ne t’inquiète pas je vais publier un maximum de chapitres, Je connais mieux le règlement maintenant. En fait Fyctia nous interdit de publier la fin pour les quatre premiers et je suis classé deuxième. Donc on va continuer tranquillement ensemble un bon bout de temps et j’arrêterai quatre chapitres avant pour respecter le règlement et si tu veux avoir la fin je te l'enverrai sur ta boite mail si tu le souhaites par Messenger.Parce que franchement les "Anachorètes" s'est super , et je grogne de ne pas avoir pu vous envoyer la suite. Bon en fait les Anachorètes sont en réécriture, je le peaufine encore mais une fois terminée je pourrai l'éditer et tu pourras y accéder sur cette plate forme. Bon courage pour les partiels, je vais t'envoyer Elisabeth pour t'aider, regarde le plafond elle pourrait ramper.

chocotean

-

Il y a 2 mois

Comme dans une chanson de JJ Goldman, tournent les violons et le temps qui passe. Et au son de cette mélodie tu nous entraines encore une fois dans un tourbillon d'émotions, de sensations. C'est un chapitre triste et fort à la fois. Un zeste de lassitude, et le temps qui tourne, tourne et emporte nos héros. On rit, on a envie de pleurer. Idéal pour une journée pluvieuse de décembre lorsque toutes les lumières de noel sont allumées mais que dans nos coeurs flotte loin très loin un lourd très lourd regret. Merci pour ces lignes Jmng, je ne peux que te le redire jour après jour, continue toujours à écrire, et merci pour ton partage.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 2 mois

Pluvieuse ?? Diantre mais ou habites tu ? Ah ! Je vois en Irlande ou peut être en Pays de Galle, j'y suis dans la région parisienne ou en Bretagne, non ne me dis rien. Je te charrie. Cette histoire malgré le temps qui m'a manqué ,je la souhaitais sensible, humaine,touchante,rien ne pouvait me donner envie d'écrire que de le faire avec du plaisir,celui de mettre en avant la nature humaine avec ses touchantes maladresses. La vie de ces personnes avec leur drame mais également avec leur histoire d'Amour.La fille et son père, une Femme et un homme, un enfant et sa maman etc. Avec toutes la modulation des sentiments d'un être humain. Cette histoire m'a particulièrement touchée, comme interpénétrée si je puis me permettre. Je crois, il me semble que tu m'as posé une question concernant la continuité de cette histoire au delà de la fin de ce concours. Je viens de l'écrire précédemment chez "HaliBerra" et "PetiteFéeVerte" je vais continuer à éditer d'autres chapitres pour que vous puissiez suivre cette histoire, je ne peux pas vous laissez tomber comme ça, cela ne fait pas partie de ma conception des choses. Donc nous continuerons à voyager ensemble dans mes mondes imaginaires. Vous m'avez accompagnés tout le long de cette aventure, grâce à vous je n'ai pas été seul. Nous terminerons ensemble. Merci "Chocotean" de m'avoir encouragé ainsi ,toujours avec des mots forts et justes.