Jean-Marc-Nicolas.GLe reclusoir d’Élisabeth de Beaupond. (La pénitente.)Hors-SérieL'ivresse de Jean.

L'ivresse de Jean.

Tu as aimé ce chapitre ?

14 commentaires

Sand Canavaggia

-

Il y a 9 mois

Tu me donnes là encore quelque chose en opposition dans le texte avec ce que l'on attend même quand on traduit un événement, c'est ce que j'appelle "les fautes permises", celle qui déclenchent les sourires et les rires, sans conteste ce qui lie à ton écrit entre le zozotage de Bertrand et l'ivresse de Jean c'est assez bon et cela fait du bien au lecteur car bien souvent quand on écrit, on s'enfonce tellement dans nos textes que l'histoire dans son fond prend le pas sur notre plaisir de l'écrire, visiblement tu n'es pas atteint par ce mal et dieu seul sait comme l'écriture à 7000 pourrait faire perdre pied dans ces vagues d'humour, de tristesses, d'émotions, etc; que tu alternes avec majesté selon moi sans jamais perdre le fil de ton écrit. Bonne suite de ton écrit, merci de ce partage...encore un chapitre pour moi ;)

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 9 mois

Oui merci, je souhaitais intituler ce chapitre "Je zui zou zou zou don balcon, Amélie! Oui les 7000 caractères maximum imposés par chapitre est bridant dans l'élan, mais j'ai appris à l'ignorer. Je m'amuse en écrivant, dans le cas contraire je m'ennuierais et par conséquent je cesserais d'écrire sinon je serais mauvais.

Valantine.B

-

Il y a 9 mois

Au-delà de l'humour qu'entraîne ton texte, je trouve une troublante tendresse qui en émane. C'est très prenant à lire cette affectivité.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 9 mois

Oui tu as raison Butto Val c'est parce que je le ressens ainsi, mes écris sont le reflet profond de ma personnalité, de ce que je suis. Ça donne çà. Et puis après tout pour quelle raison cette histoire devrait elle être si triste que cela, bien que le destin d'Elisabeth ne soit pas des plus heureuses.

HaliBerrah

-

Il y a 9 mois

Mais zest ki le zaligot, ze l'est pas vu, zai bu auzzi un sweppes et toutes les lignes bouzent zest normal ? XD Lui stone et elle en colère c'est truculent, j'en veux encore. Je peux pas lire un truc pareil et restée sérieuse, tu m'as filée le bonheur day. mdrrrrrr

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 9 mois

Bein oui, je ne veux pas que tu garde de moi une impression de personne, triste, d'écrivain malheureux. J'ai écris du HaliBerrah, Tu ne te reconnais pas ?? Hihihi

Célia&B

-

Il y a 9 mois

Ton écrit me plaît toujours autant et flotter sur tous ces courants de sentiments mélangés c'est tellement bien avancé dans chaque chapitre, sans compter ces fins de chapitres qui me laisse toujours pantois, comme là ce que dit amélie, cette protection de la dame aux ronces et aubépines ça dénote quand même que la dame est vue comme bienfaitrice, ce qu'elle avait fait comprendre à jean, cela démontre la vraie définition de la sorcière pour moi même si là elle est morte, tout est respecté dans ses actions contre le mal et l'aide aux démunis. Je trouve tout ça très beau, à l'approche du dernier jour de ce concours, je dois t'applaudir pour ce talent d'auteur que tu peux être si tu ne l'es pas encore.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 9 mois

Tu sais cette jeune personne je veux parler de Elisabeth subit une destinée malheureuse, elle a perdu tout ce qu'elle a aimée. Elle reste une personne humaine avec ses cotés bons et mauvais, elle a des états d’âme, elle peut être heureuse puis un autre jour triste ou en colère. Elle a acquise des pouvoirs mais par le biais de sa nature bonne ou par celui de sa colère. Mais elle est seule , tragiquement seule, elle est recluse, c'est son propre état d’âme qui l'a plongée ainsi , dans une isolation de fait accompli mais qui lui a également généré ces puissants pouvoirs.

Somebody

-

Il y a 9 mois

Je ne peux pas dire que ce texte ne m'a pas donné le sourire, je n'ai pas pu m'empêcher de le mimer à mes proches à l'apéro. C'est un art de savoir faire rire, il paraît que c'est le plus dur. Pour moi tu as fait fort là.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 9 mois

Salut Somebody, figure toi que c'est en relisant mon texte que je me suis mis à rire, alors là, en te lisant je m'imagine toi, en train de mimer Jean de Lagarde ivre. Et encore j'ai coupé un bon tiers du texte pour raisons de longueurs (a cause de la contrainte des 7000 mots par chapitre)mais je suis flatté de savoir que tu ais mimé mon texte.Bonne zoirée Hips!! Nuit de chine, nuit câline, nuit d'amour! Nuit d'ivresse, de tendresse !! Hips!