Jean-Marc-Nicolas.GLe reclusoir d’Élisabeth de Beaupond. (La pénitente.)Hors-SérieÀ la recherche de la vérité.

À la recherche de la vérité.

Tu as aimé ce chapitre ?

114

104

7

7 commentaires

HaliBerrah

-

Il y a 3 mois

Que je tripe ce chapitre alors je le lis et le relis (ce que je fais souvent mais là une fois de plus) il est d'une langueur dans son calque d'écriture, dans ce qu'il raconte. À moi il me dit "Écoute Alie, il était une fois un preu capitaine sur son fidèle destrier qui chassait les loups de l'ombre et protégeait les cœurs fragiles, les villageois pleutrent, se ralliaient et criaient à l'injustice. Il avait une belle et leur cœur pour l'un et l'autre palpite, c'est dans un bain de douceurrrssss que pour lui elle s'agite et sur un lit ensorceleur qu'elle achève la justice pour se détendre repus de légendes aux premières lumières du soleil." . Tu as bénéficié de la débandade de mon esprit avant que je perde mes chausses, enfiler mes souliers pour partir cavaler afin de me faire exploser par 8h de théorie fumeuses sur les intervalles et lois numériques (je crois que je vais prendre kleenex pour suées,mdrrrr)

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Que dire de plus devant un commentaire aussi prolixe?! Le rêve a prie, le voyage s'est amorcé,l'envol de ton esprit s'est fait. c''est comme l'envol de l'aigle de clocher en clocher jusqu'à celui de notre Dame. Gageons que cette fois ci ce ne sera pas pour cent jours. Pour ces deux là, c'est une histoire d'amour au milieu d'un fait divers dramatique qui frappe une petite ville,sauf que dans ce cas précis,ce qui n'est pas humain en n'est la cause et combattre avec les armes habituelles ne servirais à rien. L'amour, lui, né quand même, il clos toujours là ou on l'attends le moins, comme pousserait une plante en plein milieu d'un terrain aride. c'est le miracle de la nature.Les choses se font on ne sait pas pourquoi, mais est ce le plus important de savoir pour quelle raison les ces choses là se font ainsi ou bien le plus important c'est qu'elles se fassent. Nous tombons d'extase devant un merveilleux couché de soleil,ou une magnifique rose. L'essentiel c'est d'avoir eu la chance d'avoir croisé ce moment et de l'avoir vu. Le reste, est moins important. L'attirance st un peu similaire, elle ne s'explique pas, mais elle se constate et elle se vit. Mais dire ou penser que cette belle histoire continuera ?? Pour les huit heures concernant les intervalles et autres lois numériques, cela s'appelle l’inquisition, ou torture,un supplice de l'esprit!! Que veux tu ,il faut souffrir pour être belle. Bonne journée Alie

FannyDixhuit

-

Il y a 3 mois

Je t'ai écouté et jai laissé passer les chapitres pour profiter du suivi de ton histoire, effectivement plus de lecture est agréable surtout quand comme moi on aime se transporter dans son intérieur. Je dois te dire que tu décris les sensibilités de chaque personnage de façon très proche de la diversité humaine du phénomène de foule avec les gens du village aux côtés très en amour avec ce bain sans vulgarité beaucoup de sensualité et intimité d'une discussion après l'amour lovés dans leur chaleur avec le poid des mots qui indiquent les doutes et les interrogations de ce capitaine. Je t'assure à nouveau de ce texte riche et très bien écrit que j'ai le bonheur de suivre grâce à ta bienveillance et tes chapitres édités. Je continuerai de te suivre.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Merci Fanny, j’apprécie beaucoup ton commentaire, mais tu sais, je suis un vrais cœur d'artichaut, et les gentillesses de tes mots me touchent. Oui bien sur de cette histoire j'en tire la quintessence de mon expérience sur les humains, le plus inquiétant pour moi est le phénomène de foule, les gens deviennent incontrôlables, c'est comme l'attitude d'une meute chez les canidés. Oui un moment d'intimité pour un couple, ce doit être tendre et sans vulgarité. C'est toujours beau l'amour et tout ce qui s'y attache. De toute manière sinon c'est de la pornographie, mais là, c'est un autre registre.Merci d’apprécier cette histoire que j'offre à tout le monde. Un petit courant d'air frais, une récréation au milieu d'un monde inquiétant ,ennuyeux parfois, inquiétant souvent.A bientôt petite Fanny ( Ça me va bien cette dernière phrase, moi qui suis un méridional) Mais je ne m'appelle pas Marius ni César, quand même pas, il ne faut pas déconner non plus. A bientôt

chocotean

-

Il y a 3 mois

A la recherche d'un bon verre de vin rouge pour savourer ce chapitre, je m'installe confortablement, bonsoir cher Jmng, me voila enfin rassurée : la suite est arrivée! Quel plaisir que de lire ce chapitre. Tu es subtil et léger, tu nous entraines entre les ronces au milieu de la nuit avec autant de facilité qu'au fond de cette tentante baignoire. J'adore, j'adore, j'adore, c'est tout. On ne s'en lasse pas, c'est en tout cas pour moi, devenu mon meilleur petit moment de la journée : découvrir par petits bouts cette belle histoire. JMNG, je ne saurai jamais assez te remercier d'écrire pour nous. Je sais que cela est un gros investissement que d'inventer le scénario alors que tu as surement une vie de tous les jours bien remplie. Tu te détends avec nous, tu as créé un vrai lien entre nous, et tu es toi aussi, un ami fidèle, qu'on aime retrouver tous les jours, au fil de l'eau. Merci pour tout ça, cher Jmng

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Quoi répondre à autant de gentillesse et de cœur, je suis touché, cette fois ci s'est moi, bon heu, oui tu as tout à fais raison, cette histoire, je vous l'offre , elle est à vous, elle vous a appartenu des le moment ou vous avez posé votre attention dessus, des le moment ou vous l'avez aimé. Oui entre nous c'est comme une famille de lecteurs, je sais que parfois la vie est compliquée, que l'on peut se sentir seul, que l'on peut avoir un job difficile, que l'on peut traverser une mauvaise période. Alors si je peux contribuer à vous apporter un peu de miel dans une existence de fiel, alors je suis d'accord, je donnerai volontiers et avec plaisir en plus. Bonne soirée et bonne nuit? Fait de beaux rêves Chocotean.

Sand Canavaggia

-

Il y a 3 mois

Quelle beau chapitre, quel bon moment de lecture pour moi, les hommes qui se débattent avec lui pour les enfants, et cette fumée qui est un danger, le capitaine le dit et c'est tellement vrai que je suis là à avoir peur que le feu soit mis et non ils obtient d'eux un peu plus de réflexion. Après ce moment dans la baignoire d'étain quel délicieux moment, on s'y croirait presque tout en amour qui développe l'imagination à la lecture et j'avoue que je trouve que c'est une belle prestation d'écriture, je préfère de loin ce qui encourage nos esprits à rêver que le côté très cru qui m'empêche de visualiser le moment qui nous est finalement propre en tant que lecteur. La Dame des ronces et Aubépines qui n'a jamais disparu apparaît là au travers des mots d'Amélie donc je pense que bientôt tu mettras en présence le capitaine qui doit aller chez les Montpensier et elle. Il lui demande si elle est sûre, je me demande ce qu'elle va lui répondre, dois je me souvenir d'un passage dans les autres chapitres ? Je vais rapidement feuilleter avant pour me remémorer si un lien entre Elisabeth et l'auberge, j'avoue lire tellement de textes que j'ai peur d'avoir oublier quelque chose qu'il me semble ressentir en suite dans tes prochains chapitres. Ton texte me passionne toujours et au plus je lis, au plus je m'enfonce dans les profondeurs de ton récit. Merci de ce partage, bonne suite de ton écrit. ;)