Jean-Marc-Nicolas.GLe reclusoir d’Élisabeth de Beaupond. (La pénitente.)Hors-SérieLa reclusion d'Elisabeth. 2

La reclusion d'Elisabeth. 2

Tu as aimé ce chapitre ?

120

113

7

7 commentaires

HaliBerrah

-

Il y a 3 mois

Est-ce que par hasard tu as cité mon nom dans un com, j'ai ri, pour relire ton précédent chapitre j'ai lu les coms et me suis vue, je suis célèbre grâce à toi mdrrr.Ce matin j'ai commencé à te lire et je ne sais pas pourquoi mais mon coussin m'a rattrapée pourtant je cours vite sur mon pc allongée sous la couette les yeux collés de sommeil mais l'envie de lire ta suite, ce cochon de morceau de coton rembourré de plume en a décidé autrement et j'ai plongé. Alors quand mes yeux crottés se sont entrouverts pour la énième fois j'ai décidé de me bouger m'asseoir devant mon thé Earl grey sans oublier mon zeste de citron et je recommence ma lecture comme une enfant gâté (que je suis :)) ), je prévois les kleenex et j'ai bien fait car pleurer de rire, ce rire d'extase après un moment de tristesse normal car comment en venir LA si on y passait pas.Si François la laisse dans l'ombre parce que je vais aller lui faire le ménage et avec les draps des miroirs faire mon lit (ma mère sera contente) et Elisabeth parlera avec Josette. Allez je te laisse, je vais chercher ses enfants dans ma tête avant que tu me donnes ton prochain texte tu es toujours au XVIIème moi je t'attends noyée dans ma Révolution, je vais t'y attendre avec mes 600pages. Dépêche que je quitte la prise de la Bastille et ses détails sordides (ça flatte ma mère et moi je préfère te lire, non je blaguouille c'est bien la révolution, bordel la déclaration des droits de l'homme et du citoyen en est issue).

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Alors toi, c'est toute une pièce de théâtre à toi toute seule. Je ris de bonne grâce, c'est frais et pleins de gaieté. Mais je ris, je ris et je ris encore, j’espère que nos autres partenaires vont pouvoir te lire et rire aussi. Nous allons y arriver à la révolution française, avec un chassé croisé avec Maximilien Robespierre dit l'incorruptible ainsi que d'autres personnages. Et si Elisabeth faisait une petite virée à la conciergerie? Et si elle poussait un peu le couperet??

Sand Canavaggia

-

Il y a 3 mois

J'arrive à ce second chapitre et je vois se profiler le socle de ta suite, ces enfants qui disparaissent et tu laisses suffisamment de liberté à mon esprit de lecteur pour s'imaginer une foule d'idées...Et tu fermes les Montpensier sur les larmes d'Elisabeth, je ne peux qu'attendre, maintenant que François participe aux battues le lien avec Elisabeth est fait même si un voile blanc recouvre les miroirs...Tu auras certainement le moyen infaillible pour qu'elle aide ces enfants disparus quelque soit le monde dans lequel elle les retrouvera...Enfin, c'est mon esprit qui vagabonde, je t'attend sous ma lecture. Merci pour cet écrit, je te souhaite une bonne continuation.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Pardon de vous avoir un peu lâché ces dernières heures, mais j'ai du travailler mes chapitres que j'ai réécris trois fois, mais je n'étais toujours pas satisfais, sans doute aujourd’hui"hui je n'étais pas décidé à être aimable avec moi même.J'attends toujours les commentaires de certains d'entre vous ils calibrent si je puis dire l'ambiance générale que je génère. Et vous formez le baromètre du ressenti de mon histoire.Toujours une critique de qualité comme tous ceux qui m'accompagnent. J'ai beaucoup de chance de vous avoir à mes cotes.

chocotean

-

Il y a 3 mois

Un dimanche matin paisible, un café, et les poils qui se hérissent à la lecture de ton nouveau chapitre. Oh le doute, l'affreux doute. Entre Elisabeth qui se morfond de rage et d'impuissance devant cette terrible punition, et François qui voit poindre dans son âme une abominable perspective, tu nous tiens une nouvelle fois suspendus à ta plume et à la suite de l'histoire. C'est tellement bien, que je me ressers un café et relis à nouveau le chapitre, mais oui, le doute est là, tu l'instilles en nous comme Maitre Hitchcock, le faisait dans des films en noir et blanc. Toi c'est noir et blanc aussi sur le papier ce matin,que tu nous glaces et nous enchaine une nouvelle fois au besoin de connaitre la suite! Après les émotions à fleur de peau voici les frissons et le suspense, Cher Jmng, vraiment je n'ai qu'un mot : bravo

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Bonsoir Chocotean, je viens de m’apercevoir que je n'ai pas répondu a ton commentaire. J'espere que ton dimanche est demeuré "tranquille" Je ne voulais pas te négligé, tu es importante parmi mes lecteurs, il faut dire que je m'attache vite .Noir et blanc, oui c'est bien imagé, ,Hitchcock! Ouf!!! Là, c'est violent en compliment. On continue le voyage? On y va, je t'ai un peu lâché quelques bribes dernièrement, je ne sais pas tenir ma main . Mais il faut que je te dise, J'ADORE tes compliments.

Polèria

-

Il y a 3 mois

Je dors, je me réveille, je lis, tu me bouscules et bien réveillée comme d'habitude face à ton écrit avec ces enfants qui disparaissent je suis obligée de me confesser au diacre pour lui dire qu'il ne faut pas s'inquiéter Elisabeth va débarquer. Il me faut le prochain chapitre c'est une urgence.