Jean-Marc-Nicolas.GLe reclusoir d’Élisabeth de Beaupond. (La pénitente.)Hors-SérieEt c'est le temps qui court. 2

Et c'est le temps qui court. 2

Tu as aimé ce chapitre ?

120

111

18

18 commentaires

chocotean

-

Il y a 3 mois

Cher Jmng, je te hais! Tu es trop fort. Non seulement tu arrives à me faire pleurer mais en plus j'avais la chair de poule qui me grignotait les nerfs à la lecture de ce chapitre. Tu est vraiment un magicien des mots. Que te dire que nous n'ayons tous déjà dit (je lis les autres commentaires aussi!) tu sais sublimer les sentiments les plus noirs, tu te joues de ton histoire dont tu déroules l'écheveau comme un grand écrivain. Tu es pour moi une évidence, quelqu'un qui exorcise par ses mots son coté obscur pour lui redonner de la lumière. Je pense que cette thérapie te réussit à merveille, et que tu dois persévérer encore et encore, l'univers est grand, et ta voie est là. Un jour où l'autre, un éditeur te remarquera .C'est le seul "mal" que je te souhaite, cher Jmng, et je serai vraiment fière de toi ce jour là. Tu le mérites vraiment, et je croise les doigts pour toi. En attendant, j'attends demain, et la suite de l'histoire de ma petite soeur, ma petite moi, celle que jamais la nuit n'éteindra. Elisabeth,son âme, quelle que soit la suite que tu donneras à l'histoire, ne sera jamais damnée, il y a trop de lumière et d'humanité, dans cette victime de la cruauté des hommes. Merci encore et toujours de nous faire vivre si fort cette histoire. Merci de nous la partager..

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Il semble que se soit une haine pleine d'amour, cette histoire est finalement tout en paradoxe reflet de l'existence, rien n'est vraiment complètement mauvais ou bon. Elisabeth va rencontrer le Mal généré par les êtres humains lorsqu'ils ont été mauvais et dont l'esprit si noir créé des avatars d'eux même. Leur apparence va alors refléter ce qu'ils sont vraiment, LAIDS. Continuons l'aventure ensemble, Chocotean. On se revois dans les prochains épisodes en espérant retrouver la sortie de ce monde de terreur.

Sand Canavaggia

-

Il y a 3 mois

Bon là tu culmines, mon petit Bertrand s'en va, forcément Elisabeth est là...J'ai plus de voix, plus de mots...Il a cette maturité qui face à la mort trouve son réconfort, son homosexualité qui a dû être un poids dans cette époque où c'était dans un ordre très caché comme a tant d'époque et dont on en digère que peu la vision, l'hypocrisie de nos mondes...Il préfère partir près de ceux qui l'aime et Elisabeth par amour pour cet enfant grand, un peu le sien lâche ses poumons et le cri de François au matin qui à son réveil n'a rien perçu de ce combat dans la nuit et de la décision de son frère… Tu vas basculer dans une suite ou une forme de colère va se réveiller, chez François qui a perdu son petit frère mais aussi chez Elisabeth qui n'accepte déjà pas la mort des siens dont la famille Montpensier fait partie et qui l'ont jusqu'à présent incluse dans leur quotidien...le temps écroule cette famille sans descendance directe...Je te suis dans cette histoire où tu as sans doute prévu la suite au travers du temps. Merci de ce partage, bonne continuation de ton écrit.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Oui c'est exact, cette famille n'a pas de descendance directe mais il n'en est pas moins vrais qu'il existe des cousins ....

Lacurea

-

Il y a 3 mois

Up up ! encore, j'adore.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Merci, l'histoire est triste, bon je la ressens de cette manière. Mais je ne veux pas gagner une réputation d'auteur noir et triste.

Perrine

-

Il y a 3 mois

Je te suis toujours et toujours un texte qui est à la hauteur de mes attentes avec des surprises qui me laissent un peu sur le C.. tu arrives à glisser de ce qui peut paraître paisible à une colère, c'est trop sympa quand je lis.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

c'est écris avec beaucoup d'engouements ,elle m'emporte dans une forme de bourrasque pleine de ressentis, et au passage elle vous emporte à son tour.J'ai relu toute l'histoire, bon sang,je dirai qu'il n'y a pas que Venise qui est triste. Pour nous soigner je devrais m'inscrire au concours voisin pour écrire quelque chose de plus frais ,de plus gai.

Sarah Relousse

-

Il y a 3 mois

Je suis bouleversée, j'ai attendu avant d'écrire mais là six chapitres qui m'ont retournée. Toujours une histoire qui prend quelque soit ce que tu touches de la personnalité d'Elisabeth vit dans l'ombre de son existence au milieu de ces décors attachants ou noirs qui se cumulent à chaque chapitre.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Oui je sais ,cette pauvre Elisabeth semble être le souffre douleur de mon esprit alors que je l'aime tellement.