Jean-Marc-Nicolas.GLe reclusoir d’Élisabeth de Beaupond. (La pénitente.)Hors-SérieEt c'est le temps qui court.

Et c'est le temps qui court.

Tu as aimé ce chapitre ?

12 commentaires

Sand Canavaggia

-

Il y a 10 mois

Me voilà sur ce nouveau chapitre, j'ai voté, lu puis relu, que puis-je te dire qui n'a déjà été dit, je ne lis pas les coms mais arrivant ce jour après avec mon retard habituel malgré mes efforts pour vous lire tous dans les temps… C'est quand je lis des écritures ainsi présentée que je me dis qu'il est bon d'avoir des yeux qui ont cette faculté de se noyer dans des phrases, de pousser une âme à se retrancher dans son imagination comme un refuge où les mondes parcourus sont des passages vers des vies différentes où l'on prend corps avec les personnages. Depuis le début je te dis que je m'identifie à Elisabeth, bien sûr tu me diras "facile", oui j'avoue que s'identifier à une jolie femme qui se transforme en "métamorphe" par la douleur, c'est ce que je trouve si proche des intérieurs en blessure. Ce chapitre en est encore la preuve au travers de la perte (Hugo déjà parti mais que tu fais revenir, Marie, Yvette, son père qui l'appelle près d'eux, Marie François un au revoir,..) de ceux que l'on aime. Je continue ma lecture car je vois bien que tu vas perpétuer la douleur, le déclencheur, avant de réveiller Elisabeth dans sa forme de quête d'une justice...et me soumettre invariablement à ton écrit.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 10 mois

Et c'est le temps qui court ,qui court, les gens que l'on a aimé, on vieillis, ils ont également changés, et puis ils ont disparus. Le monde d'autrefois avec.

chocotean

-

Il y a 10 mois

Juste un mot à la lecture de ce chapitre :imparable! tu nous attaques au coeur à chaque fois! Tu es vraiment très fort pour susciter et faire vivre les émotions. On est devant un grand kaléidoscope de vies et tu les entremêles à volonté, croisant les histoires, le passé, le présent, les mondes et les temps. J'adore, je ne peux te dire que cela cher Jmng. Tu sais donner une âme, sensible, pudique et profonde à un être qui théoriquement ne pourrait être que malfaisant parce que perdu dans une dimension sans issue, et qui pourtant, nous colle aux tripes cette Elisabeth. J'attends, comme d'habitude la suite avec impatience. Merci encore une fois, de nous emmener avec toi, JMNG

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 10 mois

comment continuer à écrire sans avoir tes commentaires et ceux de mes autres partenaires, merci de me soutenir ainsi, ce n'est que du baume au cœur. Elisabeth est dans un chemin sans retour en arrière.

LéonieBrante

-

Il y a 10 mois

Que dire de plus que tout ce que je viens de lire dans tes commentaires sur ces quatre derniers chapitres que je viens de lire ? Pas grand chose, si ce n'est que j'aime cette façon de développer ton histoire, pas le temps de trop, juste un pas assez, une attente d'un reçu toujours trop peu, un plaisir infini pour moi de suivre chaque chapitres, de te suivre dans chacun de tes mondes. Courage continu, j'aime tout simplement.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 10 mois

Merci Léonie, je suis toujours heureux de te lire et de savoir que tu es satisfaite de mes récits." Pas le temps de trop, juste un pas assez,une attente d'un reçu toujours trop peu..."quel jolie définition de mes ressentis mais aussi de l'angle par lequel je perçois l'existence. Quelque chose d'Elisabeth , l'absurdité de la vie qui donne tant et pas assez. De ceux que l'on réprimande mais que l'on pleure lorsqu'ils nous quitte. A bientôt , c'était tendre et touchant.

Bellum

-

Il y a 10 mois

Dès que tu passes sur univers Elisabeth, je vois des aquarelles, après c'est soit du Marie Laurencin soit du Jean Fautrier, à toi de voir où tu veux la placer dans d'autres chapitres. Toujours magnifique cet écrit, je commente peu mais là sur tes derniers tu as fait beaucoup dans l'émotion d'amour, j'avais ces images entre douceur et noirceur qui ne cessaient de me revenir, je devais te le dire.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 10 mois

Effectivement tu n'écris pas beaucoup mais quand tu écris ça me va droit au cœur. Je suis heureux d’écrire, j'aime beaucoup cela, et puis ça me permet d’exorciser mes démons. J'aime vous emporter avec moi dans mon monde, celui des Anachorètes et désormais celui de la dame des ronces et des aubépines. J'ai beaucoup écris ces dernières années mais uniquement pour moi. Peut être un jour..... dans tous les cas quel bonheur de lire vos commentaires, c'est un peu vous qui me donnaient ces ailes qui me permettent de m'envoler dans le monde de mon imagination.A bientôt

HaliBerrah

-

Il y a 10 mois

Qu'un petit bout d'Elle, bon j'ai pris le torchon, t'as compris ! Ma mère m'a dit de prendre un bouquin XD :))

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 10 mois

Hahaha!! Quel genre de bouquin? Sur la fronde ? Sur la guerre de trente ans ? Non prends toi quelque chose de gai et de joyeux.