Jean-Marc-Nicolas.GLe reclusoir d’Élisabeth de Beaupond. (La pénitente.)Hors-SérieLe Requiem de François.

Le Requiem de François.

Tu as aimé ce chapitre ?

123

112

12

12 commentaires

Sand Canavaggia

-

Il y a 3 mois

Je trouve que les départs de chapitre sont toujours un climat que l'on installe en tant qu'auteur et chez toi c'est une vraie mise en scène que tu lances comme des dés dont tu connais que le cinq est le seul chiffre qui se retournera sur le tapis à chacun des fameux dés, là "Je me souviens de ces nuits d’hivers, hantées par le froid, le souffle lugubre du vent" donne le ton. François, cette personne, ce petit homme qui prend la lame pour défendre les siens et n'hésite pas à jouer sa vie est là seul face à cette vie dont il ne doit pas penser le droit de la garder, il erre dans cette vie en ayant supplier que son frère ne subisse pas ce que finalement Elisabeth subit. Tu touches encore l'espace de nos vies, cette solitude pesante qui fait entrevoir la mort comme une délivrance. Comme je l'ai dit sur un autre post chez une auteure de ce concours, tu es indéniablement (avec elle) mes top lecture pour des raisons différentes mais cette facilité à jouer tel des jongleurs avec vos espaces qui ont cette qualité de toujours chambouler notre suivi. Noël 1625, usé, fatigué...c'est l'année du mariage de Charles 1er, d'une révolte des protestants, etc, alors comment e pas être fatigué quand en plus en peu d'année des décès ont encadrées ce temps qui passe inexorablement...Espérons que la création du jardin royal qui s'annonce dans l'année qui suit lui redonneras le sourire (destiné culture des plantes médicinales), je pense que pour lui attaché à la cour trouvera son exutoire même si dans la vie il n'y a pas que cela, mais la vie ne semble pas lui avoir donné le temps pour lui ou alors tu as volontairement effacé sa vie privée pour la faire jaillir maintenant (dans autre chap de retour sur lui-même comme celui-ci) ? Dans tous les cas je continue à te suivre et je te remercie de ce partage toujours trop court et une bonne continuation de ton écrit.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Et c'est le temps qui court, qui court.La vie de cet homme est la notre malgré des caractéristiques particulières à chacune de nos vies, nous sommes tous néanmoins dans le même scénario.Il est rare d'avoir tout réussi dans la vie. Nous devons toujours faire un choix et bien entendu c'est au détriment d'un sacrifice. Il y a toujours un prix à payer à toute décision. Puis cet homme a été particulièrement frappé par les événements de la vie,Elisabeth également et même dans des conditions bien plus dramatiques.Merci de me lire.

soleille

-

Il y a 3 mois

En peu d'années il a perdu sa mère, Yvette et Bertrand le pauvre, j'étais encore imprégnée de ses incisives qui manquaient, et de ce jeune homme qui partait en école de peinture italienne. François arrive raconte ce noël seul, Elisabeth contre laquelle il développe une amertume, mais lui comme elle sont dans la douleur d'être seul, tu fais toujours plein de parallèle entre Elisabeth et cette famille dont elle a été si proche. Je vais attendre prochains chapitres qui s'annoncent assez émouvants.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Oui les parallèles sont indispensables pour connaitre le point de vue de chacun et leur état d’âme.c'est même une gymnastique d'esprit que j'affectionne particulièrement. Ce n'est pas tant la solitude en elle même qui fais souffrir que de se rendre compte que l'on est passé à coté de beaucoup de choses dans la vie.Mais cette solitude là est également éprouvante car les temps de cet hommes sont également passés, d'autres temps, d'autres mœurs,par conséquent un autre monde. On appelle également ceci le fossé des générations elles ne se comprennent pas.Forcement elles n'ont pas la même culture.

Crispiejolie

-

Il y a 3 mois

Eh bien sûr ! François, qui aurait pu croire que l'on finirait par lui, tu l'as mis de façon très effacé et là tu relèves sa présence de façon très forte, il souffre, il est seul, plus vieux en face de son miroir mais plus ceux de chez lui recouvert d'un drap blanc, c'est drôle de voir ce zoom sur lui, peut être en fin de compte plus touchant parce qu'il draine tous ses souvenirs jusqu'à ma lecture, c'est un vrai effet de surprise, je l'avais quand même perdu du regard celui-là. tu continues à me bousculer dans ce chapitre et c'est pas fini, une idée comme ça.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

J'ai pensé que lorsque l'on est vieux,on est seul ,le monde dans lequel on a évolué disparaît ,les gens partent les uns après les autres. Comme les générations suivantes n'ont pas évoluées à la même époque elles ne comprennent pas les personnes âgées. Alors il ne leur restent plus que leurs souvenirs et rien d'autres. Personne ne peut partager avec lui ses souffrances si tenté on en avait la possibilité.On peut compatir mais c'est tout. J'ai l'impression que cet homme comprends beaucoup de choses mais trop tard. Il attends aussi que la Mort vienne le chercher. Il ne vit plus, il survit. Il n’existe plus, il erre telle une ombre dans un monde qui se délite ,il aborde une nouvelle époque qu'il va entrevoir avant de partir.Attendons de voir ce que la dame des ronces et des aubépines écris.

HaliBerrah

-

Il y a 3 mois

Ohhhh NNNNNOOOONNNNN ! C'est lundi merde !, j'ai les yeux bouffis du dimanche en pantoufles, tu rempiles, bon ce n'est pas à pleurer mais quand même !!! Ah c'est un traitement homéo tu vas en douceur pour mieux me fracasser contre un mur avec le retour d'Elisabeth. Bon tu me la places où quand t'aura enterré tout le monde, milieu 17ème, la mort de l'intendant du Roy ( 1620 code Michaud qui décrit leur tâches) pendant la guerre de trente ans 1635 ? Ou la Fronde 1648 ?? Parce que là franchement c'est le bon moment pour réveiller Elisabeth ! Je vais attendre et prendre un torchon parce que François est encore là, hé hé hé

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Alors là mon HaliBerrah tu m'épates ,tu connais le code Michaud? La Fronde et la guerre de trente ans?!!Pfuii . Bien sur qu'il y a de quoi écrire pour les chapitres suivants,il n'y a que l'embarras du choix.Mais je t'avais promis d'éditer les prochains chapitres avec moins d'affect.Il y en a moins?? N'est ce pas ? Homéo parti dans les prochains chapitres..Mais pas fracasser contre mur Maîtresse non non non.Finalement, je vais avoir des humeurs à éditer les prochains chapitres.Je vais tacher de faire passer une semaine confortable.Tant pis,je ne raconterai pas les circonstances de la mort du "petit" Bertrand ni de celle de François. Ah mais il y a aussi cette femme mauvaise comme la peste qui va venir habiter la maison des Montpensier .Elle est la deuxième femme du neveux de Hugo,le fils de son frère. Ellen'aime pas particulièrement le petit issu du premier mariage de son père.

Polèria

-

Il y a 3 mois

Toujours un grand moment d'émotion la lecture, j'ai attendu avant de commenter et par toi je sais pourquoi je n'ai pas participé au concours sorcière (même si je n'en ai pas beaucoup lu, et pour cause, j'ai commencé par toi), de toute évidence je n'avais pas l'envergure. Je vais attendre une bonne vielle NR ou petit thriller manga pour me présenter et si tu es de la course ce jour là, on va se joindre en mp sur entraide, dis tu vas m'aider ??? J'adore ton texte chaque chapitre a sa dose de tout, un peu d'appréhension de la présence d'Elisabeth, parce que même si tu l'as anoblie par cette notion de cœur et de pensée elle n'en reste pas moins la recluse et avec cette page que tu es en train de tourner sur sa vie, la douleur dans un éventail large va revenir. Je l'attends de pied ferme d'ici très peu de chapitre, non ????

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Alors, tout d’abord, bonjour , je ne te connaissais pas, merci de te joindre à nous, et de t’intéresser à mon écrit.Je ne sais pas ou tu te trouves car dans ce concours nous sommes particulièrement nombreux. J'ai lu quelques textes, bien sur les premiers classés mais aussi à différents classements, j'ai pour ainsi dire pioché au hasard dans le tas. Dans le concours "UNIVERS ALTERNATIFS"je me souviens d'une histoire bien construite,avec une belle imagination, elle avait été écrite par une jeune femme sans doute la vingtaine. Qu'elle me pardonne je n'ai pas retenu son nom,mais je me souviens de la teneur de la conversation, cette auteure se décourageait à cause des votes, qui étaient insuffisants, je lui avait dis que je la soutiendrai mais que de son cote, elle devais aller jusqu'au bout de son oeuvre, ne pas se préoccuper du nombre de voix qui venaient étoffer les cœurs et les likes. Parce que fondamentalement, à part une petite auto-satisfaction personnelle qui entretient bien notre égo, cela ne nous apporte rien d'autre. Les premiers sont paradoxalement rarement pour ne pas dire "jamais" édités.D'autre part les classements ne correspondent pas toujours à une qualité d'écriture ou à un caractère particulier de l'histoire.Je veux dire que certaines d'entre elles sont assez bien écrites et même bien écrites mais elles manquent d'épaisseur ,elles n'ont pas de corps.La coquille est jolie, mais elle est creuse. Alors on s'ennuis lamentablement à les lire. Ils ne faut pas non plus se fier aux commentaires, Les HOUAA!!! Trop top!! C'Est super!!etc etc, Tout ce que je lis chez les autres, ou il y a des effets de manche, mais cela ne signifie rien fondamentalement. Il y a là ou de l'hypocrisie ou alors de l’ignorance ou encore une forme de posture qui consiste à flatter l'écrivain. Juste pour récupérer pour son propre compte des voix ou pour appartenir à un groupe, on se sens tellement plus fort lorsque on est nombreux. Finalement certains auteurs bénéficient d'un grand nombre de voix moins par leur vrais qualité que grâce à leur réseau qu'ils ont patiemment montés à discutailler à tort et à travers souvent par de liaisons détournées en catimini. J'ai alors l'impression de me retrouver dans une cour de collège.Et puis certains qui ont une qualité de plume vont parfois se faire descendre en flèche ou pire êtres ignorés. Ils dérangent, ils font peur. Regarde les commentaires que je reçois, et tu verra la différence avec les commentaires chez d'autres auteurs. Mes partenaires sont sincères, ce sont des Amours, et je les appelle mes partenaires parce que ensemble nous évoluons dans mes mondes. Je les prends par la main si ils veulent bien me permettre cette métaphore et je les emmènent dans le monde Noir des Anachorètes et maintenant chez Elisabeth de Beaupond .Bien sur beaucoup ne me laissent pas de commentaires , mais ils me demeurent fidèles,ils on confiance en moi. Je ne dois pas les décevoir car ils attendent de moi que j’extrais de mon esprit et de mes tripes la quintessence de ce qu'ils aiment pour nourrir leur imagination. Je te raconte tout ça non pas pour te parler de moi mais pour te faire comprendre que tu dois être sincère avec ton écriture. Ça doit sortir de tes tripes,sans concession, utilise ton Âme et tes souffrances intérieures mais également ton expérience. N'écrie pas pour écrire mais parce que tu as quelque chose à dire. Pour que ton histoire ait une épaisseur,une consistance. Pour apporter quelque chose aux autres comme une preuve d'amour. Fais leur du Bien,en les faisant rire ou pleurer ou en les captivant qu'importe ,apporte leur des "choses" qu'ils n'ont pas l'habitude de lire. Mais encore une fois, ce dois être des sentiments que tu ressens très fort à l’intérieur de toi même. Parce que faire pleurer pour faire pleurer c'est stupide. Tu dois être sincère avec tes lecteurs. Pour terminer,oui je veux bien t'aider,indique moi ou se trouve ton récit et j'irai le lire. Je reviendrai vers toi pour te dire ce que j'en pense et ce que je ressens.Bon courage à toi.