Jean-Marc-Nicolas.GLe reclusoir d’Élisabeth de Beaupond. (La pénitente.)Hors-SérieÀ la recherche du passé. 3

À la recherche du passé. 3

Tu as aimé ce chapitre ?

132

121

5

5 commentaires

Sand Canavaggia

-

Il y a 4 mois

Elisabeth, elle a été amoureuse d'un Hugo un lien avec sa cousine mariée avec un Hugo aussi, cela m'a fait sourire… Mais elle est belle de cet amour et de la description pure qu'elle nous a fait où mon esprit vagabonde dans les foins avec leur sentiment qui trou l'écran à la lecture renforcé par sa peine de ne plus le revoir d'où résulte cette transformation et l'arrivée du "Génie/Diable" comme son côté noir qui la raisonne, c'est assez surprenant mais cela ne fait que rattacher mon esprit à ton écrit. Puis cet orage, cette tempête qui semblent lacérer le mur t le toit de la bâtisse que je ressentirai presque issue de sa colère sous le regard planté devant sa fenêtre de Marie qui attend Hugo et où forcément je suis obligée de faire le transfert d4elisabeth attendant le sien. Sur ses chapitres dont j'avais le retard, c'est un très beau zoom sur le ressenti d'Elisabeth au travers de son écrit qui m'a apportée toutes les connexions avec ce que mon esprit vagabond cherchait, il a tout ce qu'il lui manquait. Je voudrais bien continuer et certainement retourner dans leur présent. Bonne suite de ton écrit. Merci de ce partage.

chocotean

-

Il y a 4 mois

C'est trop bien, je me régale! J'aimerais écrire aussi bien que toi cher JMNG. Tu as un don. Celui de nous entrainer par tes mots dans un autre monde. Tu ouvres des portes sur d'autres temps, d'autres chemins, tu mets des images sur nos imaginations. En un mot, tu nous fais vivre d'autres vies, et ça n'a pas de prix! Je ne sais pas ce que tu fais dans la vie, JMNG, mais fais nous une promesse, ne lâche jamais ton clavier, tu as en toi le pouvoir de faire rêver

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Avec toi ce sont des vagues de gentillesses,des raz de marée de tendresse, un tremblement de terre de déclarations d'amour de mes mondes. Je ne sais trop quoi te répondre,alors je vais te dire une seule chose,c'est que je suis ému. Mon but est de vous faire rêver avec moi, vous prendre par la main. Mais visiblement j’atteins des points sensibles,alors c'est beau, ça me touche beaucoup mais ça créé des responsabilités, celles de ne pas vous décevoir.

Perrine

-

Il y a 4 mois

Trois chapitres lus ce soir et je suis complétement troublée et lorsque je lis les dernières lignes sur Marie qui est là devant la fenêtre à regarder un temps vilain et elle pense à son mari Hugo qui n'est pas là et dont l'absence est lourde et en une ligne sur Marie tu racontes tout l'état d'Elisabeth, en une phrase tant de similitudes, cette solitude, des êtres qui manquent et l'attente interminable. C'est troublant.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 4 mois

La vie est la vie, même lorsque l'on est heureux, on est tout de même un peu malheureux. Mais dans les pires malheurs on peut se dire que ce moment ne durera pas, qu'il y aura d'autres printemps, d'autres étés , d'autres moments de bonheur auprès de ceux qui nous aime. Alors surgit dans le coin sombre de notre destin une petite lueur ,c'est le début d'un futur ensoleillement. Pour ton analyse tu as tout de vrais c'est subtil mais visiblement cela n'échappe pas à ton esprit et à ton cœur. Merci de comprendre mon histoire