Jean-Marc-Nicolas.GLe reclusoir d’Élisabeth de Beaupond. (La pénitente.)Hors-SérieÀ la recherche du passé. 2

À la recherche du passé. 2

Tu as aimé ce chapitre ?

133

121

7

7 commentaires

Sand Canavaggia

-

Il y a 4 mois

Tu nous fait judicieusement un rappel de son premier contact avec Bertrand après qu'elle ait reconnu sa cousine dans l'autre chapitre, ce que nous n'avions pas eu sous cet angle là dans le départ de l'histoire quand ils arrivaient dans la maison. Et le retour de son père si aimant pour sa famille, une attention particulière pour chacun d'eux, c'est un moment où l'émotion nous traverse de part en part...Les bergeronnettes à peindre comme une envolée de bonheur sur les pans d'une robe, ça c'est divin dans mon imaginaire sous la demande de Bertrand vers son père qui acquiesce avec des yeux d'amour pour les siens (ça c'est mon imaginaire qui dérape ;) ) C'est beau, c'est beau, c'est beau… Puis le peigne qui nous ramène forcément à une tragédie si on a bien lu ton texte et que l'on se souvient...Tragédie, punition aussi, enfin le vol, le meurtre, la bêtise humaine est clairement annoncé comme le déclencheur de ses colères...

Sand Canavaggia

-

Il y a 4 mois

Oupsss excuse moi c'est Armand, pas Bertrand qui parle à son père, je me fais un mélange entre les deux petits, comme j'ai un coup de cœur sur le petit Bertrand je le mets partout :o Mais je suis bien dans ton texte, j'en lis beaucoup alors lors de mes coms je cacafouille un peu… Mais je suis bien verrouillée sur ton écrit et tu sais combien je l'adore, je n'arrête pas de le dire, l'écrire et pour mes lectures->de te/vous le confirmer dans mes commentaires. <3

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 4 mois

Ne t’inquiète pas ,j'ai compris que tu voulais parler de Armand, tu lis tellement , je crois que tu dois être la personne qui lit le plus d'ecris parmi nous. Je sais que tu me suis et depuis les Anachorètes, je sais également que tu m’épargnes de mes fautes d'orthographes. J'ai quelqu'un d'autre aussi qui m'épargne avec beaucoup de mansuétudes et je l'en remercie également, elle se fait appeler chocolat,( enfin pas tout à fait) moi je dirais chocolat au lait avec des amandes et de la praline. Elle se reconnaîtra. Merci beaucoup Sand

Célia&B

-

Il y a 4 mois

Je suis très émue de ce retournement sur elle. Je prends conscience de tout ce qui s'est passé avant, c'est une lecture très touchante et cet amour qui les unit avec son père, ce peigne qui revient et on fait se rejoindre pourquoi elle avait réagit contre l'aide cuisinière c'était le cadeau de son père.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

Oui c'était un cadeau qui attache les êtres entre eux,décès cadeaux que l'on n'oublie pas. Curieuse destinée que celle de cette Elisabeth témoin de son temps. Ces dix huit premières années de sa vie ont été très heureuses pour se terminer dans un drame.

Witness

-

Il y a 4 mois

Top pour moi mais fait passer ton chapitre et ce jour c'est du bonheur chez moi que tu as amené. Ton texte a rompu le silence de ma maison. J'ai beau regardé mon miroir je vois pas Elisabeth, tu peux m'expliquer ? Je 🙃😂 Merci.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 3 mois

c'est bien le sens de l-humour et le tiens est fin en plus. De toute manière l’humour est en général le produit d'un esprit sagace j'aime. Au fait chez toi, elle n’apparaît pas dans le miroir de ta chambre mais dans celui du hall d'entrée.