Jean-Marc-Nicolas.GLe reclusoir d’Élisabeth de Beaupond. (La pénitente.)Hors-SérieLe peigne d'Élisabeth. 2

Le peigne d'Élisabeth. 2

Tu as aimé ce chapitre ?

21 commentaires

Lybra

-

Il y a un an

Moi, c'était plutôt dans la forêt que j'allais me ballader toute seule contre les ordres de mes parents. Heureusement, là-bas je n'ai jamais rien resenti de bizarre... Les bâtisses sont nettement plus flippantes...

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un an

Les forets c'est reposant, ça sent bon et on s'y sent bien. Peut être que les bâtisses de ta foret étaient plus flippantes, mais tu n'as pas vu mon château... tu sais toutes les bâtisses abandonnées sont toujours inquiétantes.

chocotean

-

Il y a un an

Impatiente de connaitre la suite!

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un an

J'arrive Chocolat, (je plaisante)

Lybra

-

Il y a un an

Dans un tout autre registre que les anachorètes, mais surprise en très positif <3 Moi qui flippe par rapport aux miroirs et les fenêtres noires le soir, je suis servie ^^' looooool

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un an

Je suis désolé Lybra, mais pour quelle raison me fais tu rire? Enfin, sourire ,je ne veux pas que tu penses que je me moque.Mais je t'imagine jeter un petit coup d’œil furtif sur tous les miroirs de ta maison . Mais tu sais ,là ou j'habite, il y avait une grande battisse que l'on appelle fréquemment chez nous en Provence "Bastide" elle a du être construite aux environs de la deuxième moitié du XIX é siècle, c'est le style de cette époque. Elle a été rasée depuis quelques années. Enfant, elle avait été déjà abandonnée depuis quelques temps à cause de la construction d'un ensemble de HLM que l'état devait élever de toute urgence au cour des années cinquante et soixante.Alors mes copains et moi pénétrions souvent à l’intérieur. Il y avait face à nous au seuil de l'entrée à vingt pas, un magnifique escalier central. J'y pense à ce monumental escalier très souvent. Dans mes recherches j'ai trouvé des photos de cette bâtisse .Avec ses deux tours ,plus d'ordre décoratif que d'utilité. J'aurais aimé connaitre ses propriétaires ,ces familles qui se sont succédées,et puis à ces époques, c'était ici que devaient se produire toutes les naissances mais ce devait être également à cet endroit que les gens mouraient. J'étais attiré dans ce château, mais en même temps j'avais peur lorsque je défilais dans les couloirs qui desservaient les chambres au premier étage,j'avais toujours l'impression d’être suivi ou que l'on m'observait. J'en avait les frissons le long de l'échine. J'avais une envie folle de déguerpir pris comme par une panique intérieure. Alors je parlais ,j'étais seul, et je disais, vous n'allez pas me faire de mal ?, Mais un jour en mille neuf cent soixante dix une jeune fille s'est faite violée par des jeunes gens alors ma mère m'a formellement interdit d'y retourner. Lorsque je revenais le soir à dix sept heure passé de l'école,je passais devant lui. Et j'ai eu très souvent l'impression que l'on m'observait à partir des fenêtres du premier étage. Surtout deux jeunes filles avec des bouclettes qui tombaient sur les épaules, mais s'était furtif. Ce phénomène s'est reproduit plusieurs fois. C'est plus tard lorsque j'avais autour de vingt trente ans que j'ai appris comment s'habillaient et se coiffaient les jeunes femmes de cette époque. Enfant,j'en savais rien,alors c'est ce qui m'a fait réalisé que peut être je n'ai pas rêvé.

ErwanTeza

-

Il y a un an

Je viens de lire ton départ d'histoire sans pouvoir relever les yeux. Et déjà je veux voir la suite. C'est vraiment dément !

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un an

Hihihi et encore tu ne connais pas encore la suite!!

LéonieBrante

-

Il y a un an

Encore un écrit qui me fait monter au plafond comme Guerda mais avec un joli cœur comme Elisabeth. Ca c'est l'anecdote, sinon ton texte est toujours concis avec de bonnes références, pour l'histoire j'aime les attitudes des personnages et le pourquoi chaque actes d'Elisabeth est justifié. C'est très chouette et je suis un peu sous le coup de ma lecture à ce moment précis, dans le suivi je serai plus prolixe.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a un an

Bonjour je pensais que tu m'avais oublié. Non je te taquine, mais très franchement cela me fait plaisir lorsque les anciens du temps des Anachorètes reviennent me lire, c'est un peu comme si dans un océan de gens inconnus un membre de ma famille venait me soutenir. C'est agréable,rassurant.Figures toi que j'ai une lectrice qui me suis sur Le reclusoir d'Elisabeth de Beaupond ,bon jusque là c'est normal, mais qui en parallèle,me visite les Anachorètes en me mettant un avis à chaque chapitre. C'est bat,n'est il pas? C'est chouette n'est ce pas ou Cool pas vrais? Enfin on choisit la phrase qui convient selon les époques. On se suis alors. A bientôt alors Léonie