Jean-Marc-Nicolas.GLe reclusoir d’Élisabeth de Beaupond. (La pénitente.)Hors-SérieSonge d’une nuit d’été.

Songe d’une nuit d’été.

Tu as aimé ce chapitre ?

7 commentaires

Sonja Kourakine

-

Il y a 8 mois

Je continuerai ma lecture demain. L écriture est belle et l intrigue intéressante. Les descriptions sont bien menées.

chocotean

-

Il y a 8 mois

Cher JMNG juste une petite remarque parce que ton histoire me plait beaucoup : gaffe aux petites fautes d'orthographe qui ont échappé à la vigilance de ta relecture

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 8 mois

Elas il n'y a pas d'hélices c'est là qu'est l'os. vieille réplique d'un film qui fut très populaire avec des comiques qui le furent tout autant! Tu vas te dire que tu ne vois pas le rapport, mais s'est ce que me répétait constamment mon professeur de Français lorsque je faisais des fautes d'orthographe. Tu sais , compte tenu de la masse de mots que je produit il est fatal que quelques fois des fautes passent à travers les mailles du filet. Parfois je relis puis à nouveau je me relis et puis encore une troisième fois, et bien je découvre à chaque passage des fautes, des erreurs de syntaxe ! Et puis à un moment donné,je me dis ;"Bon Jean Marc, maintenant ça suffit il faut que tu publie "

Sand Canavaggia

-

Il y a 9 mois

Je suis toujours dans un entre-deux mais je vais arrêter de t'en parler parce que là je crois que c'est un climat instauré, Elisabeth est donc cette ombre et cette femme brisée...elle me tient toujours en elle dans le défilement de sa vie et de ce temps arrêté que tu décris comme des rêves qu'elle perçoit avec frayeur mais aussi délice d'une vengeance. Je peux arriver à ressentir cette peine immense dans ces lieux où les rires et la joie emplissaient les murs. J'aime ton écriture qui a toujours ce côté en transparence de nos vies entre le bonheur connu et ces peines qui relève nos cœurs, tu les pousse au paroxysme des sentiments dans tes écrits et cela fait que je me lie à Elisabeth dans celui-ci, je n'arrive pas à voir "l'être" comme malfaisant juste comme dis dans précédent chap, un prolongement d'elle, une voix intérieure qui répond à sa colère ;) Bonne continuation, je reste en veille pour toi.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 9 mois

Merci, beaucoup d'intelligence et de perspicacité dans ton analyse Du reclusoir D’Élisabeth De Beaupond.

HaliBerrah

-

Il y a 9 mois

Encore une histoire qui commence en force dans le choc de ton personnage principal, une étrange force en ressort et je me demande comment Elisabeth va gérer cette folie furieuse et ce qu'elle va devenir dans les prochains chapitres et qui est l'être, son côté noir, une force qui peut la manipuler pour une forme plus mauvaise, bien que je crois que c'est une projection d'elle de sa douleur...Je reste à attendre tes chapitres.

Jean-Marc-Nicolas.G

-

Il y a 9 mois

En fait tu es dans le vrais, sur le bon chemin d'analyse. Je pense que lorsque l'on part de ce monde dans des conditions dramatiques,l'esprit n'est pas en paix, enfin pas toujours. Je pense qu'il n'y a pas toujours la lumière tu sais celle dont on parle,qui nous accueille au bout du tunnel. C'est ce qui explique sans doute cette multitude de lieux hantés à travers le monde ou bien souvent des gens sont décédés dans des conditions injustes. Alors Elisabeth fait un déni en pensant à la fois qu'elle n'est pas morte, et également en étant passée dans une réalité dans laquelle tout ce que l'on ressent tout ce que l'on souhaite est créé instantanément. Mais elle le métamorphose en terme de rêve parce que là encore il y a un déni de la réalité. Quant à l’être qui lui parle ,est ce une création de son psyché? La transmutation de sa colère,de son aigreur, de sa haine? Ou est ce tout simplement le Diable? Oui mais ce Diable pour exister n'a t'il pas besoin de cette colère en nous. Il évoluerait alors en étroite corrélation avec l'existence de l'homme. Enfin dans cette histoire ,j'aborde la bêtise de l'homme par l’ignorance, la jalousie et la convoitise de son voisin.Et là je me régale d'ébrécher quelque peu son orgueil et sa vanité!Elle est La seule espèce dans toute l'histoire de la planète ,et elle est longue, à avoir systématiquement ,méticuleusement,consciencieusement et méthodiquement éradiquer toute vie et tout l équilibre de l'environnement.