Jean-françois JoubertLe naufrage de RoseHors-SérieL'enfance...

L'enfance...

Tu as aimé ce chapitre ?

5 commentaires

Vaniloula

-

Il y a un an

Toujours aussi poétique...j'adore !

Jean-françois Joubert

-

Il y a un an

Merci.

Sand Canavaggia

-

Il y a un an

"Je pensais lové dans tes bras"...C'est la phrase qui enveloppe ton chapitre, elle me fait penser quand on regarde la mer les bras étendus perpendiculaires de chaque côté du corps, droit face à elle, on a une sensation de prendre la paysage dans nos bras, en fermant les yeux les embruns et le bruit des vagues nous en rappelle la force en nous gorgeant de cette immensité tel un pouvoir que l'on aura jamais… Ou quand on est seul sur l'eau dans une embarcation toujours trop frêle allongé sur le fond d'une coque toujours trop fragile et que l'on regarde le ciel en se sentant si petit et pourtant si grand de ce moment d'éternité… Merci de cet espace écrit où je sens de si beaux passages de libertés, là où je lis la description assez triste d'une profonde solitude…d'incompréhension. Rose peut tout entendre mais ne répondra pas de son image à celui qui ne veut pas voir… Oublier cette solitude et prendre à corps perdu la chance de cette magique pause d'un instant, la simplicité si riche du regard vers ce que la terre nous donne de beauté, en appréciant ce qui ne demande rien, ce qui donne sans rien attendre de nous que cette fusion que tu décris comme un acte d'amour partagé dans la sueur de la vie, une parenthèse. Enfant si tu avais ce choix, rien ne te dis que tu ne l'aurais pas fait et dans le cas contraire au même endroit tu te serais peut-être retrouvé...c'est la vie et c'est pour cela qu'elle est belle, unique au delà de tous les tourments que l'on traverse pour le comprendre.

Jean-françois Joubert

-

Il y a un an

Merci à mon tour de comprendre si bien cette histoire de vie. Fictif ou relle. Peut importe. L'essentiel est d'être lu et de continuer a avancer. .

Jean-françois Joubert

-

Il y a un an

Ecrire a te de pensée solitaire. Seul face ce retour de chapitre mon âme morte respire.