Jean-françois JoubertLe naufrage de RoseHors-SérieSans Titre

Sans Titre

Tu as aimé ce chapitre ?

7 commentaires

Roseline Lambert

-

Il y a un an

la maladie d'amour guérit d'un baiser. Comme il est fou d'aimer ainsi ou sommes-nous tous fous de ne pas l'être !

Jean-françois Joubert

-

Il y a un an

un rêve :)

Roseline Lambert

-

Il y a un an

j'adore !

Sand Canavaggia

-

Il y a un an

Rose dans la première partie se matérialise dans mon esprit, le zeuglodon nage dans la mer tourmentée. Et elle m'apparaît dans sa forme féminine animale, une rose des mers qui chante mélodieusement et l'antilope galope sur les crêtes, waouhhh les images elles s'amoncellent dans mon esprit. Le regard, la folie, mais à ce moment là je me dis qu'il est doux d'être fou la fameuse porte dont je parlais dans un autre chapitre est là, alors folie ou pas ? Non bien sûr, c'est juste une vue celle de l'âme. Et ta seconde partie "Mémoire" c'est pour moi ressenti comme le reflux de l'eau à la marée montante effaçant les dessins sur le sable. Cette pensée comme son désir de vouloir chasser Rose, une partie très lancinante, mélo… Au terme de ma lecture je suis sous le coup de ton récit et je voulais encore lire mais je vais m'arrêter sur le bruit des vagues. Merci de ce partage et bonne suite de ton écrit vraiment très à fleur de peau.

Jean-françois Joubert

-

Il y a un an

Fou d'émotion et singulier, j'écris cette lettre à la mer, ton ressenti est là entre mer, et " vraiment très à fleur de peau." ce naufrage, je pause mon arbre, mes racines dentaires,mon Être l'Iroise et ma fantaisie, Rose.

Gabriele VICTOIRE

-

Il y a un an

une maladie...que c'est bien trouvé ! c'est une ode à ma femme aimée et perdue que tu nous proposes ! merci !

Jean-françois Joubert

-

Il y a un an

Nous sommes tous malades d'être vivant, je devais écrire ce livre 'et tu le reçois cet ode à la vie... Mystère du cosmos, tant et tant- à ne rien comprendre. Lq vie des fois simple, et si complexe. J6F Touché par tes maux.