Marion_B Instinct sauvage 25 - Lionne des plaines (3)

25 - Lionne des plaines (3)

Tu as aimé ce chapitre ?

12

12 commentaires

Julie Emilie M

-

Il y a 21 jours

Ca pourrait être bien de mettre sa voix intérieure entre guillemets plutôt, pour montrer que c'est pas une vraie personne. Et je rejoins un commentaire plus bas comme quoi c'est vrai que c'est rare d'avoir une voix intérieure avec qui réellement échanger. Pour quand même garder le dialogue et tout, ça pourrait par exemple être bien de le faire dans son sommeil, qu'il voit son mini moi en rêve et lui parle. Ou s'il a bu en cachette une bouteille trouvée, il peut avoir une sorte d'hallucination. Pour rendre plus réaliste :)

Julie Emilie M

-

Il y a 21 jours

Il m'a tuée, je suis morte de rire 😂 j'adore ce type

Julie Emilie M

-

Il y a 21 jours

😂

Louise B.

-

Il y a un mois

Aïe, tu touches à mon petit cœur là en abordant les traumatismes d’enfance. Il a vécu quelque chose de difficile, vraiment, et la dernière phrase est très touchante, même si malgré tout, je ne comprends pas pourquoi il se déteste de ce qu’il a fait ? Je pense qu’une ou deux phrases pourraient rendre le truc un peu plus cohérent et logique pour le lecteur. En revanche, je suis partagée sur cette petite voix. Ça fait quand même deux personnages qui en ont une alors que, c’est plutôt rare. Notre conscience nous dit parfois des choses, mais de là, comme dans ce chapitre à avoir carrément une conversation ça me semble étrange. En plus ça fait un peu schizophrénique parce que même si c’est le lui « enfant », c’est quand même lui. J’ai eu l’impression que c’était plus pour toi une manière de révéler tout ça au lecteur et ça m’a semblé un poil artificiel. Donc en gros, je suis partagée entre « touchant » et « je sais pas ». Prend la partie que tu préfères 😂

Marion_B

-

Il y a un mois

Hey oui effectivement parler à son soi intérieur est assez rare :). Bon première question : il s'en veut parce qu'après ça les choses ont changé pour lui, j'y reviendrais mais globalement il a mis ses parents face à leurs dysfonctionnements et ils l'en on tenu pour responsable (inconsciemment). pour ton partage sur ce chapitre : je comprends oui, merci pour ta franchise! je vais voir comment peut-etre rendre le truc plus crédible en lien notamment avec les difficultés de la survie, parce que que bon, clairement il est pas schizo! Disons tout juste dissociatif ahaha :) Le fait de parler à soi même version enfant je trouve ça assez poétique mais bon c'est peut être chelou sur un roman ou pas très réaliste donc je vais réfléchir! (peut être tourner moins ça en dialogue, mais ça m'embête aussi car je trouve ça plus puissant les dialogue). L'idée est que quelque part ils sont sur une sorte de huit clos avec personne à qui se confier dans des conditions de vie difficile malgré tout, peut entre au fur et à mesure du roman je vais insister sur la fin, la soif, les blessures, la solitude etc...(chapitre précédents du coup)

Louise B.

-

Il y a un mois

Oui, ça pourrait être intéressant. En effet, maintenant que tu le dis, c’est vrai que je n’ai pas ressenti cette difficulté liée à la survie. Ils ont l’air d’aller plutôt bien, surtout Léonard qui, pourtant, a l’habitude d’un sacré confort de vie. Tu gagnerais effectivement à accentuer tout ça : faim, soif, fatigue, manque d’interactions sociales (même si mine de rien ils en ont quand même pas mal), problème d’hygiène, manque de confort. On les voit en soit, mais on ne voit pas vraiment de quelle manière ça impact les personnages je trouve. Après, je ne m’étais pas fais la réflexion jusqu’ici, mais ça pourrait aussi justifier des comportements

Le Mas de Gaïa

-

Il y a un mois

Pauvre petit Léonard

Marion_B

-

Il y a un mois

Oh oh je sens poindre de l'ironie ahah!!

Le Mas de Gaïa

-

Il y a un mois

Même pas, je plains plus le petit Léonard que le grand, mais la dernière phrase est très touchante aussi. C'est une expérience très dure qu'il a vécu enfant, il aurait plus mieux réagir que de s'endurcir autant et devenir aussi cynique, mais savoir d'où ça vient nous aide à le comprendre et a lui laisser une chance de se rattraper en grandissant. Et après tout il s'est protégé comme il l'a pu. La survie ça nous force à faire face à nos démons ! Il va devoir mettre son âme à nue et s’accepter, se pardonner et ça a pas l’air gagné.

Marion_B

-

Il y a un mois

Oui il a pas fini d'en baver héhé mais le chemin du pardon va etre long!